Just Married
×
Le Deal du moment : -60%
Siège Gaming Asus ROG SL300 Noir à ...
Voir le deal
199.99 €

— ♕ —

—  ♕ —
Messages postés :
9980

Inscrit.e le :
22/11/2013


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Une petite chèvre. BHÊÊÊ. ♫
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Épreuve 6 ;;
Entorse au règlement
Afin qu'il trouve la rédemption suite à ses crimes, Eurysthée, roi de Tyranthe, a donné douze travaux à faire à son cousin Hercule. Celui-ci les a acceptés sans broncher. Néanmoins, c'était sans compter sa maladresse légendaire. En effet, le voilà qui s'est fait une méchante entorse au poignet et ne peut donc plus faire ce qu'on attend de lui. Heureusement, vous êtes là et votre bon coeur vous pousse à lui venir en aide. Quel bon samaritain vous faites !

Contrainte

Nous ne sommes pas sadiques et nous ne vous demanderons pas de faire les 12 travaux d'Hercule. Ce serait trop éreintant. Alors les Moires en ont choisi un pour vous. Respectez leur choix si vous ne souhaitez pas baigner dans les eaux du Styx.

Nettoyer les écuries d'Augias

Rappel des règles

✗ L'épreuve se termine au bout de 24 heures, soit ce soir, le 29 mai, à 23h59.
✗ Les réponses sont limitées à 1500 mots maximum.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 
L'Incontesté
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Invité
Jade Hartley
Anonymous
Jade Hartley

petit récap':


Épreuve 6 ;; Entorse au règlement || Be Wild 0s6t

Épreuve n°6 - Entorse au règlement

Ça aurait dû être des bras inépuisables ;
des bras qui à eux seuls soulèveraient des montagnes.
Puissants et solides,
habiles et insensibles,
il rêvait à tout ce qu'ils n'étaient pas.

Et ils étaient lourds à l'intérieur, au lieu de tout ça -comme si c'était une poupée de verre menacée d'une fissure au moindre faux pas.

« - Tu es sûr que tu n'as pas besoin d'une plus grande pause ? »

Pour toute réponse il jeta un regard agacé vers cet homme,
ce membre de sa famille qui avait osé lui parler.
Toujours ;
depuis qu'ils savaient,
c'était quelque chose qu'on avait jamais cessé de lui demander.

« - Ça va, j'ai dit. Je peux me débrouiller. »

Tignasse verte encore pleine de paille, il tente de la dégager comme il le peut, de réordonner ses cheveux ; mais ses muscles le tendent déjà alors qu'il en avait encore fait trop peu. Mince, pourquoi déjà...
Pourquoi fallait-il qu'il soit aussi fragile ?
Le verre n'avait jamais été aussi solide que l'argile.
Et il s'appuya sur sa pelle encore une fois ; c'était comme s'il se traînait, traînait son corps avec lui au lieu de simplement avancer.

Un soupir ;
et les yeux qui dérivent sur les écuries et le travail qui lui restait.

De la boue, et la paille envolée au milieu des morceaux de nourriture éparpillés -il y avait trop de déchets et ça n'avait rien d'agréable de respirer l'odeur qui s'en dégageait. Nul doute que ça faisait longtemps que ces Bourrinos avaient été négligés...
Et Jade,
comme il était,
n'avait pas pu s'empêcher d'aider.
Aider comme il l'avait toujours fait parce qu'un autre avait quelque chose de cassé ; aider alors qu'il y a quelques mois à peine, on lui avait ordonné de se ménager. C'était une bagarre qui avait tout déclenché -soldée sur un os brisé, on s'était rendu compte qu'il n'y avait pas d'autre choix que d'opérer. Parce que son corps n'était pas parfait ; et sa musculature si fragile que trop d'efforts pouvaient représenter un danger.
C'était ce que les consignes disaient,
quelques mots simples et s'il voulait que tout aille bien il devait les respecter.

Mais Jade était un enfant,
le genre d'enfants qui ne savaient pas comment écouter.

Il fit quelques pas vers l'un des box vides, les Bourrinos étaient sortis pour ne pas les déranger ; et tout lui semblait interminable alors que son oncle et lui avaient à peine avancé.
« Allez Jade, tu dois y arriver »
c'est ce qu'il se répétait,
« Hors de question de se ménager »
à l'encontre de tout ce qu'on lui avait demandé.
Ne pas se laisser accabler par la quantité ; se dire que quoi qu'il se passe c'était toujours mieux que de ne pas avancer. Alors encore une fois la pelle plonge dans la paille -mais c'est un calvaire à soulever. Calvaire parce qu'il se met à trembler, parce que ses muscles le tirent comme s'ils allaient éclater.
Ça aurait dû être le signe qu'il ne s'était pas assez reposé,
mais il préféra serrer les dents et continuer.

Il n'était pas faible,
il voulait montrer au monde entier que c'était bien plus que ça qu'il valait.

« Ça fait mal... »
Mais il devait l'ignorer.
« Ma tête tourne, j'ai l'impression que je vais tomber... »
Un pied devant l'autre, ça n'était pourtant pas compliqué !

L'interminable quantité tombe enfin dans la brouette et il se sent chavirer ; obligé de planter sa pelle au sol pour ne pas sombrer. Tout était si lourd, pourquoi est-ce que ça avait dû changer... Pourquoi tout ça, pourquoi est-ce qu'il n'était pas capable de tout porter ?
Le garçon sentait les larmes qui montaient ;
et il préférait ne pas regarder son oncle, il savait exactement ce qu'on lui dirait.

« Tu dois te reposer. »
« Mais je veux pas me reposer ! »

C'étaient comme deux entités dans sa tête qui se battaient ; l'une un peu plus raisonnable que l'autre l'était.
Alors
après avoir inspiré jusqu'à ce qu'il sente ses poumons gonfler,
il y était retourné.
Encore et encore c'était ce même travail qui se répétait. Braver l'odeur et nettoyer la saleté, cheminement interminable qui n'allait jamais cesser. Un pas après l'autre parce qu'il devait y arriver, un pas après l'autre parce qu'il fallait y arriver. Il avait arrêté de compter les heures qui se succédaient ; arrêté de se demander quand est-ce que ça finirait.
Parce que ce n'était pas le genre de questions qu'une personne forte se poserait...

Il préférait désobéir,
plutôt que d'entendre les autres lui répéter qu'il ne serait jamais assez.

À mesure que la brouette se remplissait c'était sa vue qui se brouillait ; sans doute à cause de la douleur -et la chaleur à l'intérieur, poids insupportable qui venait se rajouter. Il avait finalement lâché sa pelle pour attraper le jet, pour asperger d'eau le sol trop abîmé -mais la fatigue rendait ses mouvements imprécis,
il n'arrivait pas à se concentrer.
Il entendait la voix de son oncle près de lui mais il ne voulait pas écouter ; pas tant que tout ne serait pas propre, qu'ils ne s'en seraient pas débarrassés. Alors il recommençait, allant et venant en titubant pour s'assurer que le moindre des box soit vidé, parfaitement propre à en briller -c'était ce qu'il attendait alors qu'il savait que ce n'était pas ce genre de perfection qu'il atteindrait.

Encore un peu...
Il devait s'accrocher.

Une nouvelle brouette,
il y avait la paille propre à verser...
Encore un peu, ça tenait à peine dans sa pelle mais il savait qu'il s'en sortirait -alors même qu'il ne tenait pas droit et ne se rendait pas compte d'où il allait.

« Je suis pas faible... »
« Je veux pas... terminer... »
« Je veux me reposer... »

Il y a toujours le corps qui lâche,
quand il sait qu'on l'a trop surmené -et qu'il veut faire comprendre qu'il est temps de s'arrêter.

« Non, pas maintenant... »
« J'ai presque rien fait... »

Mais il était temps d'y aller.
Ce fut le silence dans sa tête
et puis,
un souffle chaud sur sa joue qui vint le réveiller.
Ça chatouille...
Et avant qu'il ne puisse réagir, un museau humide vient le bousculer. Ses paupières clignaient alors qu'il émergeait doucement, encore brumé par la fatigue ; et son regard vint croiser celui d'un bébé Tiboudet -manifestement peu content que le garçon se soit endormi dans son écurie.

Endormi...
Non, il s'était même évanoui.

Il y eut ce constat et alors Jade sentit son cœur se serrer ; non non non, il avait une tâche à continuer il n'avait pas le droit de se laisser aller ! Mais il avait beau essayer de bouger une jambe, impossible de se redresser. Ses muscles le tiraillaient -l'obligeant à rester couché, ils lui faisaient payer.
Et tandis que sa tête retombe en arrière,
il ne peut que laisser un couinement de détresse lui échapper.
Mais il sentit bientôt quelque chose,
la petite tête du Tiboudet qui passait sous son bras pour l'aider à se lever ; et Jade s'accrocha aussitôt à sa fourrure, il connaissait la puissance qu'ils avaient -il remit debout le petit avec bien plus de force que lui n'en avait. Si petit et pourtant il était déjà capable de bien plus grand...

« - Si seulement je pouvais être aussi fort que toi, on aurait déjà fini de nettoyer cette écurie. »

Hennissement désapprobateur,
le museau du Tiboudet bouscule Jade comme s'il avait compris -l'obligeant à tourner la tête vers tout ce qui s'étendait devant lui.
Il y eut d'abord l'odeur respirable,
la sensation de fraîcheur qui venait avec et la lumière aussi. C'était plus propre que ce qu'il espérait ; plus propre encore que ce qu'il pensait avoir fait. Et le garçon ne put s'empêcher de contempler un instant tout ce qu'il voyait -et là où il n'y avait pas de paille il y avait même un peu d'eau qui coulait.
Et tout ça,
c'était lui qui l'avait fait.

Jade souriait ;
mais comme si ça représentait un effort encore trop gros pour lui il laissa retomber son visage contre la crinière du Tiboudet.

« - Je savais pas que... j'avais fait tout ça... Je pensais pas que j'en étais capable je... promis j'en ferais pas trop la prochaine fois. »

Il ne savait même pas ;
est-ce qu'il en tirait seulement de la fierté ?
Ravi d'avoir réussi mais pas heureux de s'être épuisé.
Parce qu'il en avait trop fait, et que ce n'était pas grave de s'autoriser parfois à se reposer, que ça ne voulait pas dire qu'on avait pas les capacités.
Jade avait toujours été comme ça,
mais peut-être qu'à l'avenir
il cesserait de se négliger.

Pour l'heure il allait laisser Tiboudet le porter ;
parce que ce n'était pas si mal d'accepter une main qu'on nous tendait quand on ne savait pas comment se rattraper.
Jade Hartley
Anonymous
Si t'es sage, t'auras un badge
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum