Just Married
×
Le deal à ne pas rater :
Frieren : le Tome 5 édition Collector du manga Frieren en ...
10.95 €
Voir le deal

— ♕ —

—  ♕ —
Messages postés :
9980

Inscrit.e le :
22/11/2013


Les plus du perso :
Je suis: pro-Incontestable.
Époux/se : Une petite chèvre. BHÊÊÊ. ♫
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Épreuve 6 ;;
Entorse au règlement
Afin qu'il trouve la rédemption suite à ses crimes, Eurysthée, roi de Tyranthe, a donné douze travaux à faire à son cousin Hercule. Celui-ci les a acceptés sans broncher. Néanmoins, c'était sans compter sa maladresse légendaire. En effet, le voilà qui s'est fait une méchante entorse au poignet et ne peut donc plus faire ce qu'on attend de lui. Heureusement, vous êtes là et votre bon coeur vous pousse à lui venir en aide. Quel bon samaritain vous faites !

Contrainte

Nous ne sommes pas sadiques et nous ne vous demanderons pas de faire les 12 travaux d'Hercule. Ce serait trop éreintant. Alors les Moires en ont choisi un pour vous. Respectez leur choix si vous ne souhaitez pas baigner dans les eaux du Styx.

Capturer le taureau de Crète appartenant au roi Minos

Rappel des règles

✗ L'épreuve se termine au bout de 24 heures, soit ce soir, le 29 mai, à 23h59.
✗ Les réponses sont limitées à 1500 mots maximum.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ◆ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

 
L'Incontesté
Si t'es sage, t'auras un badge
Machine à écrire
A posté 100 messages
Invité
Alexandre Kosma
Anonymous
Alexandre Kosma

Encore une mission détente, m’voilà bien paumé sur cette petite île où j’trouve pas un restaurant pour casser la croûte alors que la dalle est bien là. Enfin, bon, j’ai fini par tomber sur
la destination indiquée par mon chef de mission, le Commandant d’Élite de la Marine Hercule, un rouquin bodybuildé qui d’une tape sur l’épaule m’a mis sur les rotules et m’a confié un ordre de mission un peu confus, que j’retranscris ici comme je l’ai entendu, c’est à dire mal au milieu de ce gospel fort sympathique mais qui diminue tout de même sacrément la compréhension orale : « Lieutenant Kosma, j’ai trop de boulot, de la paperasse à remplir, plein de vaisselle à faire, Meg’ a décidé de partager les tâches, et manque de bol, j’me suis fait une entorse au poignet. Il me reste un espoir, cet espoir, c’est toi. »

Ni une ni deux, j’ai sorti mon plus beau sourire, j’ai ouvert grand mes deux esgourdes pour savoir de quoi il retournait. Capture de bestiau, sans doute une grosse prime au compteur, un type à l’air menaçant, dont l’historique des méfaits s’est écrit à coups de meurtres en série.

« Thor aux deux crêtes ? Que j’ai dit, un sourcil levé, circonspect. Jamais entendu parler. Encore un gamin déboussolé qui s’est décidé à devenir pirate sur un coup de tête, après avoir trébuché, s’être cogné contre le radiateur du salon et blam ; on va voler la veuve et l’orphelin. Nan mais c’est pas possible. Écoutez m’sieur Hercule…
-On ne dit pas monsieur, c’est Commandant !
-Roooh… Désolé Commandant, pas l’habitude de taper la discute avec des gradés aussi jeunes que vous.
-S’il te plaît Kosma, me casse pas les noix, j’suis déjà au ralenti à cause de tout ça… Pour ce qui est de ta cible, t’as rien pigé, c’est pas du tout un pirate, c’est le couz’ Eurysthée, j’ai perdu au bras de fer, j’dois lui rendre douze services, et là, faut que j’aille chercher un taureau sur l’île de Crête.
-Effectivement, pas le même délire. J’dois pas dire que jouer les cow-boys soit vraiment ma tasse de thé, mais... »

Alors voilà, j’ai débarqué sur ce coin de terre, la boule au ventre, l’envie de bouffer du lion et j’dois ramener une grosse vache, et vivante qui plus est. Alors une fois passé l’autochtone agressif en lui serinant ma p’tite rengaine du « Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin, mais là j’vais juste à côté et j’aime pas prendre mon temps », j’ai commencé à chercher la bête à cornes. Bah la vache, c’était pas simple. J’suis tombé sur des types dont je parlais pas le dialecte, il a fallu user d’un langage gestuel des plus perfectionnés pour qu’on finisse par m’indiquer la demeure d’un certain Minos, comte ou roi du patelin, je sais plus bien. Et au bout d’une multitude de kilomètres franchis rien qu’à la force de mes gambettes, ben j’ai fini par le rencontrer le roi Minos.

Un minus, tout riquiqui, avec une couronne sur la tête qui lui tombait sur le devant des yeux. Tout le contraire du gigantesque roi Minos, terreur révolutionnaire, qui selon certains dires aurait été champion de la précédente édition de l’Inter Faux-Rhum, un concours du coin. Bref, revenons à nos moutons et en particulier au grand, sans laine, mais avec deux cornes, objet de ma visite.

« Roi Minos ; Lieutenant d’Elite Alexandre Kosma, émissaire de la Marine, j’aurais comme qui dirait deux trois p’tites questions à vous poser. La première ; serait-il possible de se sustenter ? J’ai parcouru des bornes et pas moyen de trouver un seul morceau à se mettre sous la dent… Y avait bien ce vendeur de saumon, mais j’étais pas certain de la fraîcheur... La deuxième : J’ai vu que vous faisiez construire un labyrinthe et je suis méga chaud pour le tester ! Moi les jeux de pistes, c’est mon dada... La troisième mais la plus importante : On se fait un bœuf ?
-Euuuhhh… Monsieur le Marine, peu m’importe votre grade puisque mon île n’est pas sous la juridiction du Gouvernement Mondial. Même si votre sourire enjôleur et votre franc-parler sont fort plaisants, il me tient de vous rappeler que vous vous adressez à un roi, qui plus est fils de Zeus, aussi, je vous serai gré d’être un tantinet moins cavalier. Pour répondre à vos interrogations, puisque vous semblez tout de même, malgré vos manières rustres, un éminent émissaire, je vais commencer par vous offrir le repas. Pour ce qui est du labyrinthe faut voir avec l’architecte, Buzz D. Dale, mais en ce moment, je crois qu’il a pris la grosse tête, les ailes lui ont poussé et il a décidé de démarrer une fabrique de jouets en cire pour son fils. Je crois que la boutique marche pas mal, mais le slogan… Vers l’infini et au-delà non mais ce qu’il faut pas entendre, à force de jouer dans la cour des grands, il va finir par se brûler les ailes. Pour ce qui est du bœuf, je ne suis pas sûr d’avoir bien compris. Il y a bien mon Taureau, mais personne ne peut l’approcher, y a que Pasiphaé, ma femme, qui a réussi, mais c’était dans une combi-vache, un modèle très ressemblant, et on sait ce que ça a donné…
-Gratuit ? J’veux dire, le repas complet, gratuit, fis-je en ayant complètement occulté le reste de son discours.
-L’hospitalité est quelque chose qui me tient à cœur.
-Eh bien, vous m’en voyez ravi, marché conclu. Pour ce qui est du taureau, montrez-moi la bête et je me charge de vous en débarrasser. »

Mon estomac rempli, je demandais à une gamine qui passait par là de m’filer un coup d’pouce et me v’là parti une pelote de laine dans les pognes, censée me mener à bon port. Et j’dois dire que le chemin qui me mena à la bête était des plus plaisants ; une véritable partie de plaisir. J’ai toujours eu beaucoup d’affection pour la marche à pieds, aussi cette randonnée supplémentaire ne fit qu’accroître mon sentiment de joie naissant ; après toutes ces péripéties, j’allais enfin pouvoir prendre le taureau par les cornes.

Et quelle ne fut pas ma surprise de voir là, remuant tête et cornes dans une chorégraphie millimétrée pour se défaire de quelques importuns, un magnifique bovin immaculé, aux muscles impeccables, dont les deux pics sanglants finissaient leur danse macabre en éventrant un dernier type. Je m’arrête sec pour contempler le spectacle, me demandant au passage si c’est bien sage de rester planté là devant un éventreur de sa carrure, sans aucun plan d’action dans la caboche. Un temps assez long se passe avant que j’sois certain que le bestiau m’ait bien vu. De là, je lui décoche mon plus large sourire, un de ceux qui ont fait ma réputation : Alexandre Kosma, Marine au sourire enjôleur. De deux choses l’une, soit il prend ça pour de la provoc et il me fonce dessus, soit il comprend que c’est un appel à pourparlers et là j’en fais mon affaire.

« Noble Bovin, yo ! Y a l’ami Herc’ qui m’envoie te chercher ! Et j’aimerais autant pas finir en brochettes. Alors j’te proposes un deal, tu viens tout tranquillement avec moi, j’te ramène au Commandant et je plaide en ta faveur pour que tu finisses pas en grillades, d’autant que t’as carrément le pedigree pour remporter un concours de beauté, qu’est-ce que t’en dis ? meuh Mais c’est pas une réponse, ça. Bon, j’dois t’avouer une chose, j’aime pas trop les conversations musclées, aussi ça m’arrangerait quand même de pas avoir à montrer mes muscles… meuh Oui, vas-y rigole, mais la vérité c’est que sous mes dehors de p’tit gars malingre, j’suis sacrément costaud. Allez, fais pas l’idiot, cesse de gratter la terre avec ton sabot, on peut tous les deux s’en sortir indemnes et tu as autant que moi à gagner à pas… AAAAAAAAAAAAAAH »

Tant pis, il fonçait tête baissée, et je l’attendis avec toujours ce même sourire. Je m’accroupis, patient, et alors que l’éviter semblait presque impossible, je me transformai. Mon coco, faut savoir que c’est moi le roi, au royaume animal. Et sous ma forme de Lion je lui atterris en plein sur le dos, aplatissant d’un seul coup le divin bovin. Il me fallut ensuite quelques minutes pour enrouler correctement la pelote de laine autour de lui, avant de pouvoir transporter, difficilement, il faut l’admettre, le monstre à cornes jusqu’à mon navire. C’est le Commandant Hercule qui allait être content.


Alexandre Kosma
Anonymous
Si t'es sage, t'auras un badge
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum