Just Married
×
Le Deal du moment : -38%
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To ...
Voir le deal
64.99 €

— Just Married —

Messages postés :
38

Inscrit.e le :
17/04/2022


Les plus du perso :
Je suis: neutre.
Époux/se : Célibataire.
Autre:
Tu te questionnes longuement en faisant face au bâtiment que tu devras visiter dans quelques minutes. Tu observes les matériaux de la bâtisse, tu imagines les poutres d’acier qui soutiennent les structures de béton, tu glisses ton regard lentement vers les parois vitrées et tu le laisses faire une ascension graduelle jusqu’au sommet, tout en haut, du bloc d’appartements. C’est…très haut. As-tu la peur des hauteurs? Non, absolument pas. Par contre, cette altitude, ça te fait réagir. Oui, bon, ce n’est clairement pas la raison pour laquelle tu te spécialises en plomberie commerciale, mais disons que c’est un facteur invisible à lequel tu n’avais pas songé par le passé. Tu as trop été habituée par les maisons de banlieue, par les plains-pieds qui, finalement, ne sont pas plains-pieds et qu’elles dissimulent des sous-sols d’une grandeur épatante. Certes, tu es aussi habituée de fréquenter les centres-villes, les endroits plus populeux, mais tu ne prends pas la peine de jeter un œil sur la hauteur constamment. Là, tu n’as pas le choix. Car, aujourd’hui, tu remplaces ton patron « malade » et tu vas réparer un évier défectueux dans un appartement résidentiel au cinquième étage de ce building.

Tu déglutis et tu vas pour appuyer sur l’Intercom. Il semblerait que le concierge de l’endroit était prêt à t’accueillir, car au moment où tu appuies légèrement sur le bouton pour annoncer ta présence, sa voix grésille immédiatement dans l’haut-parleur. Tu sursautes vivement et, en entendant ton cri qui tend vers le féminin, le concierge te pose plein de questions et s’excuse, pensant que c’était ton patron. Tu lui fais comprendre que tu viendras remplacer « Ootani-san » (ça fait toujours étrange de devoir le nommer par son nom de famille) et la personne est tout aussi expressive que toi, car elle lance un « ooooh » empli de compréhension et te déverrouille la porte. Traversant la porte d’un pas machinal, tu tombes nez-à-nez avec un homme d’un certain âge qui te semble jovial et chaleureux. Il te salue poliment et te remercie de toutes les façons possibles de t’être déplacée aussi vite. Tu ne peux retenir ton rire (qui se veut gentil, bien évidemment) et tu n’ajoutes rien d’autre, te concentrant plutôt à le suivre vers le lieu où tu dois réparer la plomberie. Tu dois aussi te concentrer à le suivre dans son flot de paroles, mais tu essayes de ne pas trop t’y attarder, sinon, tu commencerais ton rendez-vous avec un mal de tête.

Une fois le court passage dans l’ascenseur, qui t’a semblé une éternité, terminé, tu continues d’hocher de la tête et de garder une attitude positive sur ton visage tandis que le vieil homme te mitraille les oreilles d’anecdotes qui se sont déroulées dans le bâtiment. Tu en retiens une ou deux, histoire de pouvoir les raconter à ton tour à ton frère et, dès que tu finis ta sélection naturelle, tu cries de joie intérieurement en apprenant que vous êtes ENFIN arrivés à la porte de l’appartement où il y a un tuyau défectueux quelque part. Le concierge cogne à la porte et, une poignée de minutes plus tard, une personne vous ouvre. C’est un homme qui semble pas mal incertain de ta présence, et tu comprends. Le concierge s’excuse longuement avant de vous laisser en un éclair…sans t’avoir présenté à ton client. Un peu étonnée par la situation, et toujours dans l’allée, tu laisses un bref silence s’installer avant d’ajuster la ganse de ton sac à bandoulière et de commencer la discussion. Sourire, posture, prestance professionnelle. Tout cela dégage de toi en un instant

- Bonjour! Veuillez pardonner l’absence de Ootani-san, il a eu un empêchement de dernière minute et c’est moi qui le remplacera! Takagi Funa, pour vous servir, en service depuis bientôt trois ans! Naka..ya..ma-san, c’est bien ça? Enchantée! Que puis-je faire pour vous aider aujourd’hui?

« Empêchement de dernière minute » « malade », mon œil. Non, c’est juste que ton patron a décidé de se la couler douce aujourd’hui, car ta tante a reçu un congé surprise et il voulait passer du temps avec elle. Pfeuh.
Funa Takagi
Si t'es sage, t'auras un badge
— Just Married —

Messages postés :
37

Inscrit.e le :
02/05/2022

La journée est rude, elle s’écroule sur vous avec son manteau de lave et vous êtes collés au fond de votre canapé sans vous dépêtrer, la peau en feu, un four en vous. Y a quelques fois où le péage pour continuer la vie subit une inflation extrême et l’addition est chaude. Douche glacée, c’est fait, j’aurais dû la faire durer cinq heures. Peut-être que je me serais laissé tenter à la dégradation écologique si ce n’était que j’attendais le plombier de l’évier. On venait tout juste de nous refiler l’appartement à Astrée et à moi et il déconnait déjà ; je pensais qu’il était neuf, il faisait neuf au premier regard, mais il avait peut-être plus de bouteilles que prévu. La couleur est neuve au moins, que je grommelle dans mon crâne, enfoncé par le sabot de la canicule. L’appart prend bien la lumière, ça ouais, mais les volets sont trop fins pour nous épargner la cuisson. L’air climatisé se bat comme un dingue, il gagnera dans deux ou trois heures.

Ca sonne enfin, mieux vaut tôt que tard avec moi. Je suis toujours prêt à temps, j’apprécie quand le reste du monde se met au diapason, j’ai l’attente patiente mais je suis vite satisfait quand on se grouille. J’ouvre la porte. Le spectacle que je vois, je me retiens à fond d’exploser de rire parce qu’il est cocasse. Je croise le concierge que je connais déjà de tête et que j’ai salué par réflexe, avec sa filleule choupinette qui portait un sac plus lourd qu’elle. Et là, justement que y a zéro histoire de famille, je comprends que c’est le grand plombier que j’attendais. C’était loin de Super Mario. Je me retiens mais je salue tout le monde quand même.

“Enchanté, Bunta. Rentre, rentre.” Je remercie le concierge d’un salutation, d’une politesse, d’une anecdote puis d’un signe de tête pour dire au revoir et je reviens à la miss la porte claquée. Elle est pas épaisse et mon premier réflexe est de me dire que quitte à ce que ça soit elle, autant économiser mon fric et tenter d’ouvrir les tuyaux moi-même. Enfin merde, trois ans de quoi, de stage ? Je suis meilleur électricien que plombier, je connais que les trucs de base même si ma caisse à outils déménage, mais j’aurais pu tenter un truc au moins. “Tu veux thé ? Café ? Eau ? Je te montre puis je vais te préparer ça, faut pas hésiter à boire, ça cogne comme sur le ring… Ah thé glacé, j’ai du thé glacé dans le frigo.” Je rectifie, Astrée a du thé glacé. Mais Astrée est pas là et j’ai pris ma demi-journée malgré le taff pour gérer l’affaire alors je suis le capitaine et je dispose des ressources selon mon gré. Si j’avais les ingrédients, je pourrais le faire moi-même mais ça serait pas prêt de suite.

Après une seconde pensée alors que je l’amène vers la salle de bain en passant par le petit couloir que la chaleur (et la lumière du jour) épargnait, mes premiers doutes sur la demoiselle se dissipèrent. C’était des mauvais réflexes, soufflés par les penchants les moins exquis de ma personnalité. Maintenant, la curiosité l’emportait, soufflée par la sympathie débonnaire d’un contact nouveau, je me disais que j’allais lui laisser une chance. Sait-on jamais, elle se débrouillerait mieux que prévu et je devrais revoir ma vision du monde. Peut-être qu’elle a la peau épaisse comme les gens du métier, qu’elle a les mains qu’il faut et l’esprit pro. Enfin, enfin, allons voir le problème.

“Il est là, c’est le coupable !”, m’exclamais-je en pointant l’évier de la salle de bain, assez petit pour le coup. “Il marche très bien, regarde.”, et je lui montrais l’eau coulée avec les manivelles. “Le souci, c’est la flaque.” La flaque, enfin, l’eau dans l’évier qui se forme, je coupe l’eau. “Là, elle s’écoule très très lentement. Et en partie chez le voisin”, grimaçais-je. “On a fait des essais, on pensait que c’était la douche au début, c’est le premier réflexe. Mais non, on a tout tenté et c’est le robinet qui donne. J’espère que ça sera pas trop coton.” Je la laisse regarder et m’éloigne en posant mon dos sur le mur et les bras croisés ; malheureusement pour les introvertis, je suis le genre à faire la discussion. “Tu sais s’il y a des assurances à jouer sur ce genre de coup ? Il y a peut-être une réserve gouvernementale pour les appartements défectueux que des mariés récupèrent, faut que je me renseigne mais je pense que tu sais mieux. Si c’est, ça doit passer par toi. On n'a pas de nom de proprio. C'est ça le flippant. Si j'avais le champ libre pour réparer, j'aurais enquêté sérieusement avant que t'arrives mais j'ai peur que ça me sucre l'assurance si c'est pas un pro qui touche.”
Bunta Nakayama
Si t'es sage, t'auras un badge
Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum