Just Married
×
-38%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
31.19 € 49.99 €
Voir le deal

— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
ATTENTION : RISQUE DE VULGARITÉ DE LA PART DU PERSONNAGE





Qu’est-ce que t’allais faire maintenant Rakiel ? Déambulant dans la ville, tu marchais sans vraiment savoir où tu allais. T’étais saoule, seule, en larmes, le maquillage dégoulinant de tes yeux, les pieds en compote à cause des talons, ta peau ne cessant de frissonner à cause de la température.

Clairement, Rakiel, qu’est-ce que t’allais faire ?

Qu’est-ce qu’il fallait que tu fasses ?

Comment ton mariage allait se passer maintenant ?

Franchement, tu ne savais pas. Mais une chose était sûre, tout allait être différents maintenant. Amrish allait montrer son vrai visage, le visage que tu associais au Fukui. Il avait gagné Rakiel. T’avais aucune échappatoire désormais. Partir de l’appart ? Tu allais te retrouver en prison et mourir. Aller chez Takeshi ? Tu allais te retrouver en prison et mourir. Est-ce que t’avais au moins un allié à l’appart ? Non. Il n’y avait qu’Amrish et toi là-bas. Alors il fallait mourir ? Si tu te suicidais, au moins, tu foutrais la paix à tout le monde. Tout le monde s’en porterait mieux.

Bah Rakiel ! Il fallait que t’arrêtes de penser à cette solution. Ça ne servait à rien de penser à ça. Tu n’avais pas le courage de le faire, ni même le besoin. Tu l’avais dit à Amrish, t’abandonnais. T’abandonnais le combat. T’accepterais d’entrer dans le moule qu’il déciderait pour toi.

T’avais plus confiance, tu t’étais fourvoyée à ce point sur lui que t’avais un peu trop parlé, un peu trop déballer, sans réfléchir aux conséquences. Parce que le résultat était le même pour toi : t’allais te plier à Amrish. T’allais suivre ses règles, laisser ses amis allés et venir à l’appart. T’allais le laisser parler de toi à sa guise, dire ce qu’il voulait, faire ce qu’il voulait. Et en pensant à tout ça, tu ne pus t’empêcher de sentir ton estomac se tordre.

Tu déambulas, avant de te décider à rentrer. Aller en raison ne servait à rien. Il fallait que t’acceptes la réalité maintenant. Donc tu marchas, séchant tes larmes et ignorant ton téléphone vibrer dans la poche arrière de ton jean. Vraiment, t’avais envie de parler à personne. T’avais tes clopes au moins avec ton téléphone, c’était ça de prit au moins.

Tu regardas l’entrée de l’immeuble et vis le concierge te regarder avec une mine inquiète. Est-ce qu’Amrish était rentré ? C’était pour ça qu’il te regardait comme ça ? Tu le saluas de la tête, essayant de faire un sourire pour le rassurer, ou te rassurer peut-être. Avant de prendre les escaliers. Tu voulais retarder le plus possible le moment.
Tu ne savais pas à quelle sauce tu allais être mangé. Allait-il te regarder de haut ? De balancer encore des reproches ? T’ignorer ? Ou bien allait-il te frapper ?

Putain, tu ne savais pas. Tu t’attendais au pire. Tu t’attendais à la pire situation, imaginant les pires choses qu’il pouvait te faire. Et t’étais là, dans le couloir, avec cette porte et cette musique qui semblait hurler à l’intérieur. Musique définissant pour toi qu'à l'intérieur, une bête était enragée.

Tu restas quelques minutes devant la poignée de la porte, à réfléchir. Qu’est-ce qu’il allait se passer, une fois la porte ouverte ? Est-ce que la bête allait te sauter la gorge ? Est-ce qu’elle allait rester tapis dans l’ombre, attendant que tu tombes dans son piège avant de te tomber entre ses griffes ?

Tu te grattas légèrement le visage, sentant la trace de tes larmes t’irriter un peu la peau avant d’ouvrir la porte.

L’appartement était un vrai carnage. Des débris de verres éparpillés au sol, le mobilier brisé, les canapés éventrés. Putain t’avais peur Rakiel. Tu fis quelques pas tout en fermant la porte aussi discrètement que possible et tu t’approchas un peu plus, avant de te coller à la porte de ton studio. Tu cessas de respirer un moment, comme si tu voulais te fondre dans le logement entier. Amrish trônait au milieu du salon, mains et pieds écorchés, ensanglantés, les yeux clos. La bête s’était endormie.

Est-ce que son accès de colère était contre toi ? Avait-il pris l’appartement comme substitution durant ta petite absence ? C’était ce qu’il voulait te faire après avoir déballé ton monologue à la boite de nuit ?

C’était ce que tu pensais, et tu voulais fuir, vraiment. Mais pour aller où ? Pour faire quoi ? T’étais une Japonaise, t’avais un traceur dans le corps. T’allais te retrouver en prison et te faire liquider immédiatement si t’osais faire ça.

Tu étais allé trop loin, c’était pour ça qu’Amrish avait pété un plomb. Parce que tu lui avais dit ce que tu pensais ? Ou parce qu’il te haïssait comme les Fukui ?

À quoi bon te poser ces questions Rakiel ? T’allais être la suivante de toute façon, tu pensais que ça allait être le cas. Alors mieux valait que tu t’habitues à ça. Tu vérifias que ton studio était bien fermé à clé, et tu soupiras d’aise, lentement, silencieusement.

Tu pensais que ce qui allait t’attendre avec lui désormais n’allait être qu’un remake de ta vie chez les Fukui. Mais sans de Suzume pour te laisser respirer. Sans Suzume pour que tu te dises que ça en valait la peine, de serrer les dents.

L’état du salon et de la cuisine était désastreux, tout comme l’état de votre chambre, de la salle de bain, de tout en fait. Évitant les débris le plus possible, tu pris la trousse de premier soin avant de la poser très délicatement aux côtés de la bête endormie.

Tu baissas un peu la musique, ne prenant pas le risque de l’éteindre et de risquer le réveil de ton époux avant de commencer à ranger. De ramasser les débris de verres, le coton des fauteuils, le plastique, la porcelaine dans plusieurs sacs. Tu pris les draps déchirés et en mis quelques-uns sur le canapé, près d’Amrish avant d’entrer doucement dans ton studio.

T’avais un plaid là-dedans, alors autant le mettre à côté de lui pour lorsqu’il se réveillerait. Tu ne voulais pas l’approcher plus que nécessaire de toute façon, tu en aurais été incapable.

Faire le ménage, ça te permettait de penser à autre chose, ça te permettait d’ignorer la boule que t’avais au ventre et qui se réveillerai dès qu’Amrish ouvrirait les yeux.
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

L’obscurité envahit le monde, une lugubre symphonie emporte l’esprit du jeune homme dans un ballet angoissant. C’est le tourbillon dans ses songes. Au milieu de la pénombre un animal s’approche, dégageant une aura inquiétante, suffocante. Chaque pas de l’animal fait craquer le sol et les yeux ont emprunté une teinte rougeâtre qui lui confère un pouvoir paralysant. Le cœur d’Amrish s’affole à mesure que le coyote s’avance. Il ne sait exactement ce que ce songe signifie. C’est bien la première fois que cela lui arrive. Etant de la même tribu qu’Alaroh, Amrish sait que la vue du coyote est un mauvais présage, puisque cet animal représente le mal. C’est peut-être pour cette raison que la frayeur empoisonne tout son être et qu’il lui est impossible de s’échapper. L’animal réduit inéluctablement la distance entre eux. Devant le corps paralysé du jeune homme, le coyote ouvre grand sa gueule surdimensionnée pour dévorer l’esprit de sa proie. Mais c’est là que la lumière jaillit et qu’une femme araignée le propulse en arrière et le renvoi dans son obscurité.

Amrish ouvre mollement les yeux plissés qui s’adaptent à la clarté de la pièce. Le vent souffle abruptement sur sa peau et la douleur saisissante de sa main et ses pieds le contraint à serrer les dents. Il a un mal de crâne fulgurant et porte la main à son cuir chevelu pour se masser. Il ne se souvient pas de grand-chose entre le moment où il est rentré à l’appartement et son réveil. Mais il réalise que l’appartement ne peut être dans cet état que par sa faute. Il cherche du regard Rakiel. Est-elle rentrée ? Est-elle encore en colère ? Déçue ? Ses yeux s’abaissent et il constate qu’on a posé une trousse de premiers soins devant lui. Est-ce que c’est elle ? Il entend une personne passer un coup de balai dans leur chambre et devine que c’est certainement elle qui poursuit son ménage.

Bordel. J’ai encore grave abusé.


Il tente de se lever, mais la douleur irradie son corps et il se rassoit lourdement. Les mains saisissent la trousse et c’est avec précaution qu’il se nettoie les plaies qui sont finalement superficielles. Lui aussi d’une certaine manière retarde le moment où il devra affronter Rakiel. Mais il sait que cela va arriver. Ils vont devoir passer par là. Dans sa tête c’est le grand huit. Il ne pourra pas s’en sortir sans une recette de grand-mère. Amrish se lève avec difficulté, toujours torse nu. Il se dirige vers le frigo où il sort de la tomate et deux œufs. Il fourre le tout dans le mixeur pour s’en faire un jus qu’il avale d’une traite. Il met également à la machine à café en marche. Etrangement il n’a touché que les meubles dans sa folie passagère, pas les appareils. Mais il lui faut aussi de l’aspirine. Son téléphone ne cesse de sonner dans sa poche. Sûrement ses amis qui souhaitent savoir s’il est bien rentré. Amrish n’était pas présent quand Takeshi a balancé son info à Kamaya. Il ne sait donc pas que cette dernière est mal depuis hier. Non lui son cerveau a planté aux nombreux reproches de Rakiel. Tout le reste n’avait aucune importance pour lui. C’est bien plus tard qu’il lira ce qui s’est passé. Mais pour l’heure, il a besoin de discuter avec Rakiel. Savoir où ils en sont et surtout mettre quelques points au clair.

En pénétrant dans la chambre, il tombe naturellement sur elle qui tente vainement de nettoyer toute la merde laissée par le brun. Amrish contemple son désastre avec honte. Il y a du sang séché qui s’étale de la salle de bain à la chambre. Rakiel est là à faire le ménage calmement. Ce n’est pas dans ses habitudes. Amrish s’avance et tire sur le sac poubelle qu’elle tient pour l’obliger à arrêter ce qu’elle fait pour le regarder.

Je crois que nous avons plus important à discuter que nettoyer mon merdier. Je vais engager du monde pour remettre l’appartement à neuf. J’avoue que j’ai déconné sur ce coup.


Amrish la pousse doucement vers le lit et s’y assoit avec elle. Penché en avant, le dos vouté et les yeux rivés sur le sol, il lâche.

Tout à l’heure tu as franchi une limite que je vais avoir du mal à digérer. Mais je sais que c’est parce que je n’ai pas respecté tes règles. J’ai été le premier à envoyer les fondements de notre relation à la poubelle. Tu t’es vengée et je peux le concevoir. Nous nous sommes confiés l’un à l’autre et je crois que c’était une erreur. A la moindre embrouille nous nous sommes servis de ces informations pour appuyer là où ça fait mal. Cela n’arrivera plus.


Il se lève et pousse le battant du dressing fracturé pour en tirer une chemise qu’il enfile pour ne plus avoir froid.

Je suis navré de t’avoir déçu, navré de n’être pas le type d’hommes que tu espérais. Mais je t’interdis de me balancer à la figure l’histoire de mon ami. Je n’ai jamais parlé de Suzume moi. J’ai juste invité des amis à l’appartement. Ce qui est le cas pour un être humain tout à fait normal. Les sujets sensibles je ne les aborde pas. Alors à l’avenir tu évites le sujet.


Il sort de la chambre et attrape son téléphone pour appeler du monde pour les réparations. Mais c’est là qu’il lit le message d’Alaroh sur ce qui s’est passé hier avec Kamaya. Amrish voit rouge et revient brusquement dans la chambre brandissant le téléphone.

Tu as vu le bordel que ton pote a foutu ?! Non mais sérieux c’est QUOI VOTRE PROBLEME PUTAIN !


Il attrape une paire de chaussures et se chausse, mais à peine a-t-il fait un pas que ses grimaces révèlent une douleur insupportable.

Putain de merde, fais chier !


Il se déchausse et met plutôt des chaussons à la place. Tant pis si on le prend pour un fou. La chemise encore ouverte, il presse le pas vers le salon où il prend la clé de sa voiture tout en calant son téléphone dans sa poche. La porte est claquée quand il sort en trombe.
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
La chambre était un carnage, si ce n’est plus que dans le salon. Tu voyais tout en lambeaux, des éclats de verre, des tissus arrachés, des traces de sang au sol. Si ce n’était pas chez toi, tu aurais pensé à une scène de crime.

Mais non, c’était bien l’appart que tu partageais avec Amrish. Alors tu essayais de nettoyer, jusqu’à ce que t’entendes du bruit venir du salon. C’était qui ? C’était Amrish ? Est-ce qu’il était réveillé ? Est-ce qu’il allait venir ici ? Comment allait-il réagir ? Ton corps s’était statufié, incapable de faire quoi que ce soit. Plus tu restais ainsi, plus des souvenirs de la veille revenaient à la surface. Et tu n’étais pas bien Rakiel, tu n’étais pas prête à ça. Parce que si toi, tu savais pour Kamaya, est-ce lui le savait ? Était-ce pour ça qu’il avait détruit tout le logement ? Et s’il ne le savait pas ? Comment allait-il réagir ?

Tu avais peur là, vraiment. Et sentir le sac que tu tenais, être pris te ramena à la réalité. Tu fis un pas en arrière et marcha rapidement dans la direction que ton mari voulait aller. Tu ne voulais pas qu’il te touche, ni qu’il soit près de toi. C’est pour ça que même sur le lit, tu essayas de t’éloigner de lui.

Ah Rakiel. Oui, tu avais merdé. Tu étais allée trop loin. C’était de ta faute s’il avait été à ce point en colère. C’est toi qui avais franchi la limite, pas lui. C’est lui qui allait avoir du mal à digérer, pas toi.


“D’accord.” Dis-tu d’une petite voix


Toi, t’avais rien ressenti. T’avais fait et dit tout ça parce que t’aimais le conflit pas vrai ? C’était ton trip d’après Amrish. Oui, c’était ce que tu aimais, adorais faire. Tu restais passive tout du long, serrant les mains nerveusement. Il ne parlait pas de Kamaya. Avait-il oublié ? Ou bien n’était-il pas au courant ? Autant y aller franco, autant le lui dire.


“Amrish il y a…”


Ta voix se tut, Amrish était déjà reparti dans le salon. Mais quand t’entendis des pas lourds se rapprocher trop rapidement de la chambre, quand tu vis Amrish, tu fis un bon et te collas presque au lit, le souffle coupé, une main en avant pour te protéger si jamais il s’avançait trop près. Ça y est, c’était le moment.


« Je suis désolée, il… Il ne savait pas » Déclaras-tu


Tu restas plusieurs minutes ainsi sur le lit, jusqu’à ce que tu entendes la porte claquer. Tu crus revivre à ce moment-là, prenant une profonde inspiration. Bordel Rakiel, comment t’allais faire ? Qu’est-ce qui allait se passer maintenant ?

Tes mains se retrouvèrent sur ton visage avant de passer à travers tes cheveux sales. Mais qu’est-ce que t’avais fait Rakiel ? Parce qu’au final, ça allait être comme ça. Tu n’allais plus te battre contre lui, ni même tenter de parler, d’expliquer, de faire des efforts.

À quoi ça servirait ?

Tu repris le rangement avant de te décider à prendre enfin une douche. Dans ton studio, t’ouvris la valise avec les affaires de Suzume et tu restas silencieuse face à tout ses effets. Fermant ton studio à clé, ton téléphone sonna à nouveau et tu daignas enfin répondre à l’énième appel de Takeshi.


« Désolée, je viens de me réveiller et j’ai la gueule de bois » dis-tu doucement, « Je sais que tu voulais pas plomber l’ambiance, ni lui faire du mal… Oui, j’ai oublié mes affaires… Merci de les avoir données au concierge… »


Tu savais qu’il s’était inquiété, qu’il s’en voulait d’avoir balancé l’information. Il pensait que ses amis étaient au courant, il n’avait pas de mauvaises intentions. Mais peu importait, ce qui était fait, était fait.

Tu ne voulais pas l’inquiéter au sujet d’Amrish et du fait que t’étais littéralement morte de peur désormais. Tu étais déjà fatiguée, tu ne voulais pas rajouter une couche de problème. Tu raccrochas alors et observas l’appartement.

Pour apaiser ton anxiété grandissante, tu pris le club de golf ainsi que les autres dans la chambre et les mis sur la terrasse dans un coin. Tu essayas de ranger un peu mieux le salon, avant de prendre une des tasses ayant le moins souffert de la colère d’Amrish pour prendre un médicament contre ton mal de tête. Jusqu’à ce que l’on toque à la porte. Ton sang ne fit qu’un tour, ton visage pâlit par la même occasion : qui était-ce ? Pourquoi toquait-on à la porte ? Qu’est-ce qu’on te voulait ? Ou bien qu’est-ce qu’on voulait à Amrish ? Était-ce un de ses amis ? Ou bien la bande entière ?

Tu te décidas à ouvrir la porte et te retrouvas nez à nez avec le concierge. Il avait tes affaires de la veille avec dans ses mains, un carton.


“Bonjour madame Ramanov” dit-il un peu nerveusement, “Quelqu’un m’a donné ceci pour vous.”


“Merci, je vais vous débarrassez" répondis-tu


“Est-ce que… ” Se risqua-t-il alors, “Est-ce que vous et votre mari allaient bien ?”


Tu regardas le pauvre homme inquiet. Non, ça n’allait pas. Mais tu ne pouvais pas lui dire. Tu n’aimais pas parler de tes problèmes à des inconnus en général, encore moins quand tu savais que le pire allait arrivé. Alors tu fis ce que tu détestais que ta sœur fasse à l’époque : sourire.

Peut-être que c’était ça que tu devais faire. Être comme elle. Tenter d’être comme elle du moins : sourire, atténuer tes sentiments, refouler ton ressenti.

Dire que tout allait bien alors que non, rien n’allait.


“Tout va bien, Monsieur” dis-tu en t'inclinant, “Je suis désolée pour ce matin, j’ai fais n’importe quoi avec mon mari, c’est pour cela que nous sommes rentrés dans cet état. Mais ne vous en faites pas, cela n’arrivera plus. Je suis navrée de vous avoir causé autant de soucis à vous tout comme aux habitants de l’immeuble.”


Tu refermas la porte tout en lui lançant les formules de politesse basiques. Tes affaires étaient en ordre, rien n’avaient été volé et cela te rassurait. Tu rangeas tes affaires comme tu pus avant de poser le colis face à toi. Un triste sourire naquit sur tes lèvres en reconnaissant l’écriture en patte de mouche de Wiggings : l’Américaine t’envoyait quelques fois des produits de ton pays, des magazines et d’autres choses que tu appréciais.

Tu étais toujours heureuse de recevoir ses colis, sauf aujourd’hui. Ouvrant le colis, ton regard fut attiré sur une carte bien mise en évidence aux multiples couleurs avec écrit en grosse lettre “Happy Birthday”.

Wiggings avait le chic pour te rappeler des choses notamment ce jour-là. Tu avais totalement oublié que ton anniversaire était aujourd’hui. Tu ne le fêtais jamais d’habitude, quelques bières en compagnie de Takeshi te suffisaient. Et comme tu buvais très souvent des bières avec le bleuté, tu oubliais la plupart du temps.

Et dans cette carte multicolore, Rakiel, non seulement, tu écoutas la musique grinçante de « joyeux anniversaire » mais autre chose qui te glaça le sang.

Deux billets d’avion pour les États-Unis.

Avec écrit dans la carte « appelle-moi. »

Tu regardas les dits-billets et une sourde douleur naquit au fond de ta poitrine. Tu n’étais plus retournée aux États-Unis depuis tes dix ans. Tu savais que tu n'aurais pas le courage de retourner au Japon si tu reposais un pied dans ton pays natal. Si tu n’avais jamais fait le chemin en tant que célibataire, maintenant, en femme mariée, cela t’était impossible.

Tu ne voulais pas y aller avec Amrish. Tu ne pouvais pas y aller toute seule également. Alors tu étais coincée Rakiel.

C’est Wiggings qui t’appela la première, beaucoup trop impatiente de connaître ta réponse ou même d’entendre ta voix. Tu pris une profonde inspiration, celle qui devait donner du courage avant de décrocher.


“Joyeux anniversaire Sweetheart ! Alors ton cadeau te plaît ?”


Sa voix te fit tellement de bien Rakiel. Tu serras les dents pour ne pas pleurer, pour contenir tout le désarroi auquel tu faisais face.


“Et cette fois-ci pas d’excuse ! Tu viens avec Takeshi ! Ça fait une éternité que je ne t’ai pas vue” dit-elle d’une voix impérieuse, “les facetimes ou autre ça va un moment, mais ce n’est pas pareil.”


“Je… Je pourrais pas venir Wiggings… Pas avec Takeshi…”


“Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Vous vous êtes disputé ? Si c’est le cas, tu n’as qu’à venir toute seule chérie.”


“Non, ce n'est pas ça… Je… Je ne pourrais pas venir toute seule non plus…”


Tu n'étais pas bien, ta voix était faible, gênée, fatiguée. Tu n’avais pas envie de lui dire que tu étais mariée, que ton mariage était catastrophique et que tu avais peur désormais non seulement de ton époux, mais de tout.


“Comment ça, tu ne peux pas venir avec lui ni toute seule ?! ” S'offusqua alors Wiggings, “Rakiel qu’est-ce que c’est que ces bêtises !”


Un blanc survint alors, où tu en profitas pour t’allumer une cigarette. Oh oui, tu avais besoin d’une cigarette pour te remettre de tout ça. Pour continuer cette conversation.


“Attends une minute” coupa ton interlocutrice, “Pourquoi, tu ne peux pas venir toute seule, ni avec Takeshi ? D'habitude, tu me lances une excuse bidon, mais là, aucune excuse. Qu’est-ce qui t’en empêche hein ?... Ne me dis pas que tu es mariée…”


Seul ton soupir répondit à sa question. Un soupir triste qui continua quand tu entendis l’Américaine hurler au téléphone. Elle savait comment le Japon fonctionnait, et l’une des raisons pour lesquelles tu ne voulais pas la prévenir était celle-ci.


“TU ES MARIÉE ?! Mais pourquoi tu ne me l’as pas dit ! Est-ce que Takeshi est au courant ?! Si bien sûr qu’il est au courant, vous êtes inséparable tous les deux. Oh my god Sweetheart !” S'exclamait Wiggings avec engouement, "et dire que je n'ai envoyé que ça, même pas un cadeau de mariage…”


Tout ce qu’elle te disait te faisait froid dans le dos, elle faisait monter la pression sans même le savoir. Amrish n’était rien de ce Wiggings pensé, il était à tes antipodes.


“Ce… Wiggings, c’est p…”


“Il FAUT que tu viennes avec lui, Rakiel ! Te connaissant, tu as dû lui faire vivre l'enfer. Vous devez faire une lune de miel ici ! J’ai bien fais d’envoyer deux billets.” Continuait-elle surexcitée, “Mon Dieu, tu es mariée. Oh sweetheart il faut que je rencontre la personne avec qui tu vas passer ta vie, c’est non-négociable !”


“Wiggings, je…”


“Est-il gentil ? Comment est-il ? Grand ? Petit ? Est-ce qu’il est beau ? Sportif ? Est-ce que c’est un musicien ? Un poète peut-être ! Est-ce qu’il arrive à te supporter ? Tu ne le fatigues pas trop, j’espère ! Quel est son métier ? Ou bien est-ce une femme ? Oh mon dieu j'ai si hâte de faire sa connaissance si tu savais chérie, tu verras tout va b...”


“ÇA SUFFIT ARRÊTE ! ” Crias-tu désespérée, “Je t’en prie !”


Un long silence prit place entre vous deux. Tu imaginais déjà le visage de Wiggings et ça te fit mal. Parce que la seule fois où tu avais agi de la sorte avec elle avait été le jour ou lui avais supplié de ne l’adopter.


“Sweetheart” dit alors doucement Wiggings, “Qu’est-ce qu’il se passe ?”


“Rien… Rien laisse tomber” tentas-tu en essuyant les larmes silencieuses qui avaient coulé, “Je… J’ai fais la fête hier soir et j’ai la gueule de bois, alors t’entendre crier ça m’a un peu surprise, tu vois. Tout va bien t’en fais pas.”


“Rakiel tu m’inquiètes” rétorqua alors l’Américaine au bout du fil, “Ça te fera du bien de changer d’air... Ça vous fera du bien à tous les deux.”


“Je vais y réfléchir… Je te tiendrais au courant”, finis-tu alors, “Je dois te laisser. Merci pour le colis.”


Y réfléchir ? Qu’est-ce qu’il y avait à réfléchir Rakiel ? Tu allais devoir rester avec Amrish pour toute ta vie, devoir vivre un enfer que tu considérais identique à ce que t’avais vécu chez les Fukui. Alors pourquoi te faire encore du mal en allant voir cette femme qui te tenait tant à cœur ? Pourquoi Amrish ferait ça ? Pourquoi tu le ferais d’ailleurs ?

Ta belle-mère pensait que Wiggings était une folle-dingue. Elle avait brûlé toute ta correspondance plus jeune. Amrish penserait sûrement la même chose voir pire, peut-être qu’il ne voudrait même pas que tu la voies ou que tu arrêtes simplement de la côtoyer. Peut-être ferait-il des efforts ? Se ferait passé le mari parfait avant de redevenir cette personne dont t’avais désormais peur.

Laissant le carton et son contenu près d'un sac-poubelle, tu te dirigeas alors vers la terrasse. Tu n'avais pas le cœur à ouvrir quoi que ce soit, à manger ou à boire. Tu étais juste triste et effrayée. T'attendais que le bourreau revienne, te préparant mentalement à ce qui allait t'arriver et à ce que t'allais devoir faire désormais.
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

Une auréole de fumée s’échappe d’un sinistre et miteux bâtiment abandonné. A l’intérieur deux adolescents en pyjama se grillent une clope. Il est évident que ces deux vauriens ont fait le mur pour se retrouver en un tel lieu et donner libre cours aux interdits. Pourtant tous les deux appartenant à deux mondes distincts. L’un étant dans une école militaire, gosse de riche et plutôt populaire auprès des dames. L’autre fils d’ouvriers qui excelle dans les écoles publiques de la population de la classe moyenne. On peut dire qu’il ne brille pas vraiment auprès des filles avec un tel pedigree. Toutefois entre les deux adolescents le courant passe assez vite dès leur rencontre. Il y a quelque chose qui les attire l’un vers l’autre. Un lien intrinsèque qui va les conduire à aimer la même jeune fille.

C’est en rebroussant chemin pour que chacun regagne son logis qu’ils sont tombés sur elle. Elle sortait d’une limousine pour pénétrer dans le pensionnat pour filles juste à face de l’école militaire d’Amrish. Autant dire que cela a donné un avantage considérable au gosse de riche d’être du même monde qu’elle. Mais cela n’a pas empêché Arry de tenter sa chance. Encore, encore, et encore. Sans succès. Même après leur séparation Kamaya a continué à se refuser à Arry. Pas parce qu’il n’est pas du même monde qu’elle, mais parce que l’adolescent et après l’homme, a toujours eu un trait de personnalité qui lui déplaisait. Un peu comme un loup épiant ses proies avant de fondre sur eux. Kamaya n’a jamais eu confiance en lui. Même quand il a définitivement rejoint leur bande, elle s’est toujours arrangée pour ne pas être trop proche de lui. Ami, mais sans plus. Il a fallu que l’incontestable s’en mêle pour que leurs mondes se heurtent enfin !

C’est pieds nus qu’Amrish gare la voiture devant la propriété de Kamaya. Le domaine Toshiru est luxueux et immense. Accoutumé à s’y rendre, c’est sans mal qu’il se faufile dans les parties privées du domaine, et cela chaussé d’une simple paire de chaussons qui ne manque pas d’amuser le personnel du domaine. Sans parler de l’état lamentable dans lequel il se trouve. Il pue encore l’alcool, sa chemise est froissée, il a du sang séché aux pieds et les cheveux sont en bataille. A la minute où il pénètre dans le salon et aperçoit Kamaya, qui d’ailleurs s’empresse de dissimuler un pli, cette dernière le stoppe immédiatement en se servant de sa main comme barrière.

Je ne veux pas entendre un mot sortant de ta bouche. Tu vas te dépêcher d’aller prendre une douche tout de suite. Je vais demander à Haroshu de te trouver une tenue de rechange.

Mais Kam…


Ce n’est pas négociable Amrish. Tu vas répandre ton odeur infecte sur mon canapé et mes coussins. Au bain et que ça saute !

Un sourire se dessine sur les lèvres du jeune homme. Si elle est capable de réagir de la sorte c’est qu’elle n’a pas été autant affectée qu’il l’a cru. Il lève les mains et abdique en se dirigeant vers la salle de bain d’amis qui a toujours tout le nécessaire de toilettes pour les invités. Sous la douche, Amrish se débarrasse du sang séché et des impuretés qui souillent encore son corps. Il doit se frotter au moins deux fois pour se garantir une parfaite hygiène. Avant qu’il n’ait terminé de se brosser les dents, Haroshu a déjà posé sur un tabouret près de la salle de bain, un jean et un t-shirt noir, ainsi qu’une veste en jean bleu nuit. Kamaya est à boire du café quand Amrish réapparait et s’assoit sur la moquette près d’elle.

Est-ce que Madame est satisfaite ainsi ? Je suis présentable ?


On peut mieux faire. Mais pour l’instant c’est suffisant. Affirme-t-elle en portant délicatement la tasse à ses lèvres.

Tu as quoi à la main ? S’enquit-elle subitement

On s’en fiche. Dis-moi plutôt si toi tu vas bien ? Alaroh m’a dit ce que l’ami de Rakiel t’a raconté pour la prison.


Est-ce que c’est faux ? Demande-t-elle calmement en posant doucement la tasse sur la table basse. Est-ce que j’ai failli causer ta mort?

Quelle importance?


Elle se lève affligée et va vers la cheminée les bras croisés. Amrish se lève à son tour et la suit. Il passe ses bras autour de sa taille et la ramène doucement contre lui.

Je suis dés…


La langue du jeune homme se fige lorsque Kamaya le repousse violemment et se tourne.

Ça suffit Amrish. Cesse de me couver ou de me prendre pour une chose fragile qui ne peut pas encaisser ton mariage. Elle agrippe son col et ajoute. Tu réalises que j’ai bien failli te perdre. Espèce d’idiot ! Tu es irresponsable, un vrai gamin.

Elle le repousse de nouveau.

Cela n’arrivera plus jamais. Et puis d’ailleurs toi aussi tu vas devoir te faire à l’idée que mon cœur ne t’appartient plus.

Elle sort de la poche de son pantalon une lettre. La même que celle que le jeune homme a reçue. Amrish écarquille les yeux et c’est la main tremblante qu’il saisit le bout de papier.

Tu es ma…


Lis le nom. Je crois que c’est le plus important dans l’histoire.

Intrigué, Amrish porte son regard inquisiteur sur l’identité de son futur compagnon. Le papier semble lui brûler les doigts à la lecture du nom. Stomson, Arry Stomson.

Ô la vache.


Ça tu peux le dire. De tous les empotés et les idiots qu’on connait, pourquoi lui ? Pourquoi cette tête à claque qui m’est insupportable ? BON SANG !

Calmes-toi Kamaya. Je sais que notre Arry est un petit con. Mais vois le bon côté des choses. L’incontestable a choisi un homme qui a à présent une bonne situation financière, qui n’est pas dégueu à regarder et qui en plus est amoureux de toi depuis des lustres. Tu aurais pu tomber pire. Un peu comme moi quoi.


Amrish lui balance tout ça pour la rassurer bien sûr. Mais au fond de lui la nouvelle est un coup de marteau. Le mariage de Kamaya sonne la fin de tout espoir qu’un jour tous les deux puissent se retrouver. Il ne désire pas être un fardeau pour la femme qu’il aime et une ombre pour son ami qui a toujours nourri des sentiments puissants pour elle. Aujourd’hui le destin a décidé de les réunir. Il ne sera pas un obstacle à la pérennité de leur relation.

Alors c’est réellement terminé nous deux n’est-ce pas ? Interroge Kamaya une lueur mélancolique illuminant ses émeraudes.

Je crois bien.


Etrangement Amrish choisit de rester quelques heures de plus pour aider Kamaya à ranger ses affaires. Il ne veut pas prendre le risque de la voir disparaître dans la nature. Il ne veut pas perdre son amitié alors qu’il vient déjà de perdre son amour. Donc oui il l’aide et c’est même lui qui la dépose devant sa nouvelle propriété. Une maison tout à fait appréciable pour deux personnes qui ont suffisamment de moyens pour se l’offrir. Amrish est sur le point de démarrer sa voiture, quand il voit la voiture d’Arry arriver et le chanceux y descendre pour faire face à une Kamaya encore mal à l’aise. Les deux hommes échangent un regard qui en dit long, puis se font simplement un signe de la main en guise de salutations. Amrish démarre la voiture et s’en va…

Une histoire se termine, une autre débute à peine.

Il est onze heures trente quand Amrish revient à l’appartement qu’il a complètement saccagé. Revoir ce désordre l’horripile et il décroche son téléphone pour louer les services d’une agence de décoration d’intérieur. Tout est à refaire, alors autant y aller franco. Malheureusement les ouvriers de l’agence ne travailleront que le lendemain et devront d’abord établir un devis avant le début des travaux. Résultat ils vont passer la nuit dans ce foutoir.

Après avoir raccroché, Amrish réalise enfin qu’il y a plus urgent à régler que les meubles. Ses pas s’orientent péniblement vers la terrasse où Rakiel s’y trouve.

Salut.


Quelques pas vers la chaise longue où il s’assoit, ses yeux épient la jeune femme.

Comment puis-je me faire pardonner ? Je sais que c’est moi le fautif dans cette histoire. Nous avions posé des règles et je les ai lamentablement bafouées. J’en suis désolé Rakiel.


La main en direction de la pièce commune, il reprend.

Des ouvriers seront là demain pour remettre l’appartement à neuf. Tu pourras décorer l’appartement comme tu le souhaites. Peu importe ce que cela va coûter. J’ai merdé, c’est à moi de réparer. Enfin je peux réparer quelques meubles et des couverts brisés, mais je ne sais pas comment réparer ma trahison.


Elle s’est confiée à lui au cours de la randonnée. Pour qu’elle l’identifie au Fukui, il faut qu’elle le considère comme un traitre. C’est pour cette raison qu’il émet l’hypothèse d’une trahison dans ses agissements, bien qu’intérieurement pour lui il s’agissait juste de recevoir ses amis chez lui. Mais bon ne remettons pas de l’huile sur le feu n’est-ce pas ?

Est-ce que tu veux qu’on en discute calmement ? Ou tu préfères clore notre histoire définitivement et envoyer chier tous les efforts que nous avons pu déployer réciproquement ? En tout cas moi je suis prêt à essayer de nouveau et autant de fois qu’il le faudra pour qu’un jour le courant passe entre nous deux.
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Clope, café. Clope, café. Clope, café. Encore et encore, sans interruption.

Tu ne faisais que ça. Clope, café. Clope, café.

Tu ne faisais que regarder devant toi, tu regardais la mer au loin, en fumant ta clope et en buvant ton café.

La tasse n’était jamais vide. Combien de tasse de café venais-tu de te prendre depuis que Wiggings avait téléphoné ? Tu ne savais pas. T’avais juste le cul planté sur la chaise à regarder la mer.

Franchement, qu’est-ce que t’allais faire désormais ?

Tu t’imaginais les pires scénarios possibles : Amrish rentrant comme une bête à l’appartement, hurlant sur toi. Amrish te regardant avec mépris en te balançant des atrocités en pleine tête. Peut-être allait-il lever la main sur toi, ou bien se servir d’un de ses clubs de golf ? Tu imaginais tout et n’importe quoi, alors il te fallait agir. Agir comme Suzume en fait, même si ce n’était pas dans tes habitudes. T’étais pas capable de faire ça, d’endurer tout ça. Mais il le fallait bien. Ce que t’avais dit la veille à Amrish, tu le pensais.

Alors quand tu entendis la porte s’ouvrir et Amrish parler, tu ne bougeas pas. Tu restas de marbre, ton énième clope à la main. Tu ne regardas même pas ton époux quand tu l’entendis s’asseoir sur la chaise à côté de toi. Non, en fait, tu te reculas un peu, ta chaise avec pour t’éloigner de lui, même d’un millimètre.

Parce que tu savais pas de quoi Amrish était capable.


“Salut.


Alors t’évitais son regard, ses mains, ses yeux. T’avais juste pas envie de le voir. Et tu ne comprenais pas, putain, tu ne comprenais pas son problème. Pourquoi il était si conciliant ? Presque gentil ? Pour toi, ça ne valait rien, ça te dégoûtait en réalité. Tu ne voyais cela que comme de la fausse gentillesse, cette même fausse gentillesse qui t'avait valu une gifle pour y avoir cru plus jeune.

Donc non. Tu ne le croirais pas. Tu ne le croirais plus en fait. Et même le fait d’appeler des ouvriers pour réparer ses conneries te faisait bouillir. Parce qu’au final, Amrish n’avait rien appris, rien compris. Alors ça ne servait à rien de faire des efforts. D’un côté, ça te faisait bouillonner de rage, mais de l’autre, ça ne te surprenait guère. Tu lui avais dit de tout oublier la veille. Donc il avait oublié.

Et putain, qu’est-ce que tu voulais t’en aller, Rakiel. Tu étais partagée entre tellement d’émotions, toute plus différentes les unes que les autres. Et tu trouvas ça un peu pathétique de la part d’Amrish. Lui qui ne voulait pas être comme son père, mais qui agissait pareil : offrir tout et n’importe quoi, se faire passer pour le gentil pour faire oublier ses abus.

Donc c’était lui qui allait faire des efforts… Pour continuer encore et encore cette putain de mascarade. Encore et encore Amrish le sauveur. Encore et encore Amrish le bon samaritain tendant sa main miséricordieuse envers la pauvre Rakiel, folle-dingue à problème.


“C’est moi la fautive, alors tu n’as pas à t’excuser, encore moins à te faire pardonner.” Déclaras-tu en esquissant un sourire, “C’est moi qui ai merdé, pas toi.”


Bien sûr que t’allais tout faire pour survivre dans ce mariage de merde. Tu étais avec la pire chose qui pouvait exister. Ton dégoût vis-à-vis de lui était aussi prononcé que la peur qu’il t’inspirait.


Mais t’as pas de chance Rakiel dans la vie, pourquoi ça changerait ?


“Tu n’as pas à faire d’effort non plus... ” Dis-tu avec un grand sourire, “La vie sera comme tu le souhaites désormais. Je te l'ai dit hier.”


Tu te levas alors, le même sourire que Suzume donnait au monde entier collé à ton visage. Consciente que tu portais encore les vêtements de la veille, tu devais te laver au moins, sachant que tu travaillais le soir même. T’éloignant le plus possible d’Amrish en passant devant lui, tu regardas ton téléphone. Wiggings venait de t’envoyer un message pour connaître ta réponse, mais tu préféras l’ignorer.


“Il est bientôt midi, tu peux commander s’il te plaît ? Ce que tu veux” demandas-tu alors, “Et si tu souhaites que l’on discute encore après on fera ça. Je vais me changer si tu le veux bien.”


Tu te rendis alors dans la salle de bain, téléphone toujours en main. Une fois sortie, vêtue d’un jogging noir s’arrêtant juste en dessous du genou, un t-shirt noir et d’une veste en laine Camel de Suzume, tu te dirigeas vers la cuisine. Tu avais fait un petit ravalement de façade, c’était déjà ça de prit. Mais tu savais que le plus dur allait venir.

Et le plus dur portait un nom : Wiggings.


“Je vais finir par croire que tu me harcèles Wiggings…” Soupiras-tu en l’appelant.


“PARCE QUE JE VEUX CONNAÎTRE TA RÉPONSE !”


“Je t’ai dit que j’allais y réfléchir Wiggings, arrête d’être aussi pr…”


“Comment veux-tu que je ne sois pas pressée hein ?! Surtout avec notre conversation de tout à l’heure !”


“Wiggings…” soupiras-tu


Tu te frottas le front avec ta main avant de te diriger vers la terrasse pour te griller la trentième clope de la matinée. Tu n’avais pas envie, ni même la force d’en parler.


“RAKIEL FUKUI"


Tu éloignas instantanément le téléphone. Tu ne voulais pas perdre de l'audition à cause d’elle.


“Tu vas ramener tes jolies fesses avec ton mari ou ta femme aux états-unis le plus tôt possible !” Hurla-t-elle au téléphone, “Tu dois venir ici pour le travail de toute façon ! Tu n’as pas vu le magazine ?!”


“Comment ça pour le travail ?”


Tu te dirigeas alors dans la cuisine, clope au bec et mis le carton sur le plan de travail. Tu n’avais vraiment pas la tête à bosser tes propres chansons. Tu sortis alors tout le contenu du colis : carte d’anniversaire avec les billets d’avion, pâte à tartiner, Fluff, paquet de Reese, bonbons, chocolats, quelques canettes de bière (que tu ne boirais pas) et sodas. Ainsi qu’au fond, deux magazines de musique avec des post-it collés.


"Ça ne va vraiment pas toi. Tu ne loupes jamais rien d’habitude quand ça parle de musique” dit alors Wiggings, “C’est décidé, tu viens.”


“Wiggings qu’est-ce que tu as fait…” Dis-tu en tirant sur ta cigarette


C’était simple en réalité. Tu avais été sélectionné avec d’autres artistes pour composer le prochain hymne d’un événement aux états-unis. Il leur fallait plusieurs artistes pour faire la promotion de leurs diverses publicités et apparemment, Wiggings avait envoyé une de tes chansons aux producteurs.


“Je t’avais dit que cette chanson allait faire un carton et boosté ta carrière. Quoique celle-là aussi. Bref, j’ai envoyé plusieurs de tes chansons à l’agence et ils veulent te rencontrer. ” Expliqua ton interlocutrice, “DONC TU RAMÈNES TES PETITES FESSES AVEC TON MARI ! OU TA FEMME ! C’est clair Sweetheart ?”


“En vidéoconférence, ça sera pareil", dis-tu en feuilletant un magazine, “Je t’ai dis que je ne pouvais pas revenir.”


“ C’est soit ça, soit je viens moi-même au Japon rencontrer mon gendre ou ma bru est-ce bien clair ?!”


“Je vais y réfléchir donc arrête de m'appeler.”


Tu raccrochas alors avant de tout remettre dans le carton et de le laisser tomber près de la poubelle. C'est alors que tu regardas Amrish, ou du moins, que ton attention se focalisas sur lui. Prenant le cendrier sur la terrasse, tu le posas près de toi.


"Donc, veux-tu encore discuter Amrish ?" Demandas-tu calmement
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

Tout ça sonne faux. Ce n’est pas la Rakiel qu’il côtoie depuis un mois à présent. Ce n’est pas la femme explosive et au langage fleuri qui lui balance à tout va qu’il est pauvre connard d’enfoiré. Non quelque chose s’est fissuré en elle, cet incident entre eux a creusé un fossé bien plus profond qu’il l’aurait cru. Si lui ressentait le besoin de vivre normalement, d’imposer un mode de vie que tous les humains vivent en ayant la possibilité de recevoir du monde chez eux, ce n’est pas le cas pour Rakiel. Cette intrusion dans sa vie elle le perçoit comme une trahison de sa part, un autre coup dur qu’elle doit encaisser. Mais arrivera-t-elle seulement à encaisser cela justement ? Elle a beau esquisser des sourires policés et agir avec passivité, il parvient à ressentir son mal être. A prendre conscience qu’il a grave merdé cette fois et qu’il va devoir déployer tout un arsenal pour qu’une entente cordiale renaisse entre eux. Pour que les masques factices tombent que la connasse de sa vie recommence à lui pourrir l’existence.

Ce n’est pas ce que j’attends de toi Rakiel. Je pensais que tu l’avais compris. Je ne m’attends pas à tout régenter dans ta vie. Putain, je ne sais même pas comment t’expliquer, tu sembles à des années lumières de la manière dont j’entrevois le monde.


Un soupir d’exaspération chevauche sur les lèvres du jeune homme tandis que la belle est déjà à refermer la porte coulissante derrière elle. Un second soupir, les bras coincés sous la nuque et les yeux orientés vers le ciel, il soupire une énième fois, puis sort son téléphone pour commander un repas fast-food. Pour ce déjeuner hamburgers frites, salade de fruits, un pot de glace et deux bouteilles de soda. Pas très diététique comme menu, mais Amrish sait que Rakiel apprécie ce genre de bouffe. Il espère qu’il verra un peu de clarté sur son visage lorsqu’elle découvrira le repas de ce midi.

Pendant le temps d’attente, Il se rend à la cuisine et s’évertue à récupérer quelques couverts qui ont échappé à sa fureur destructrice. Il les pose sur le comptoir de la cuisine et retourne sur la terrasse pour se détendre autant que possible. La porte ouverte, il distingue clairement la conversation entre Rakiel et cette Wiggings qui braille. Ramener ses fesses avec son mari ? ça parle de lui là. Mais Ramener ses fesses aux Etats-Unis pour y faire quoi ? Un travail ? Amrish tend l’oreille quand elle dévie de sa route pour retourner à l’intérieur. Ses iris la suivent obstinément de la cuisine, puis de nouveau sur la terrasse où elle finit par se poser pour revenir à leur conversation débutée plus tôt. Mais avant qu’Amrish n’ait pu ouvrir la bouche, la sonnette de l’interphone retentit.

Une seconde Rakiel. Je reviens.


Il devine qui sonne. Le livreur ! Et son intuition est juste. En quelques minutes la porte d’entrée est ouverte, Amrish paie la commande et dépose les paquets sur le comptoir. Il aperçoit alors le fameux carton et une carte d’anniversaire qui y est coincée. Le vent produit par ses va et viens rabat la carte, permettant ainsi à Amrish de lire son contenu. Ses yeux s’écarquillent.

Purée c’est son anniversaire aujourd’hui.


Ça ne mérite pas vraiment une bouffe rapide. Mais alors pas du tout. Il revient sur ses pas et pousse un peu plus la porte de la terrasse pour y passer sa tête, un sourire aux lèvres.

Ça te dit de discuter dehors ? Le temps est agréable, on peut se promener un peu et mettre les choses au clair sans ce décor démoralisant. J’avoue que j’ai pas mal de questions à te poser et nous avons besoin de nous accorder aussi sur certains points. Je me sentirais plus à mon aise dans la rue. Qu’est-ce que tu en penses ?


En réalité Amrish a une idée derrière la tête. C’est totalement improvisé puisqu’il vient à peine de découvrir que c’est son anniversaire, mais bon il a le temps de gérer si elle consent à le suivre.

Promis après ça je ne t’embête plus.
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Il n'avait pas tort Amrish : vous étiez à des années-lumière l’un de l’autre. Lui était carré, intransigeant, autoritaire, mature… Normal en fait. Alors que toi Rakiel, tu étais irresponsable, inconsciente, à la merci de tes émotions, immature et impulsive.

Normal que ça explose entre vous ! Vous n’arriviez pas à vous comprendre. Un geste de l’un était perçu comme une erreur pour l’autre. Une parole et tout partaient en folie. Il suffisait même de vous regarder comme ça pour comprendre que vous étiez différent : lui en jean T-shirt, toi en jogging.

Les opposés s’attiraient, disait-on. C’était faux, et tu aurais probablement défoncé la personne ayant osé dit ça.

Alors pourquoi est-ce qu’on t’avait marié à lui ? Pourquoi c'est lui qui devait te supporter ? Tu ne savais pas. Tu voulais juste détruire cette machine. C’était tout.

Et pourtant, malgré tout ça, malgré votre dispute, malgré tout vos problèmes, Amrish continuait de te taper sur les nerfs. Tu lui avais dit, t’allais faire comme il le voulait désormais ! Alors pourquoi il ne voulait pas ? Il avait gagné ! Tous les problèmes allaient être réglés, t’allais prendre sur toi et lui aurait la belle vie.

Mais Amrish avait toujours ce petit truc qui te faisait perdre tes moyens. Il avait toujours cette manie de te faire passer d’une émotion à l’autre comme dans un manège à sensation forte.

Il y avait quelques heures, Amrish était furieux contre toi. Mais là, il était souriant en te proposant de sortir. Et ça te déstabiliser, parce que tu pensais qu’il ne pourrait plus sourire comme ça en ta présence. Enfin comme ça... Que, du moins, tu ne serais pas capable de le voir.

Il était là, à te proposer de sortir, alors qu’il avait commandé et que vous pouviez faire vos devoirs, là, maintenant. C’était quoi son plan ? Son problème ? Est-ce qu’il avait de la fièvre ? Ou bien avait-il perdu l’esprit ? Ou bien était-ce un plan pour te la mettre à l’envers ?

Tu étais surprise, vraiment. Qu’est-ce qu’il voulait faire ? Pour aller où ? Tu avais beau le regarder en silence, il fallait bien que tu répondes. Que tu lui dises quelque chose voyons !


“Si tu veux, oui.” Dis-tu en écrasant ta cigarette


En te levant, tu regardas un peu ta tenue : ce n'était peut-être pas la meilleure tenue pour sortir. À moins que si ? Rah tu savais plus ! Il venait de te prendre au dépourvu là !


“Est-ce que tu veux que je me change où c’est bon comme ça ?” Lui demandas-tu


Tu allais te changer s’il le désirait. En attendant, tu en profitas pour prendre ton sac dans lequel tu y mis tes affaires, sans oublier tes cigarettes et d’autres babioles, sans oublier de mettre un masque.


“Où est-ce qu’on va ? ” Demandas-tu alors
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

Contrairement à ce qu’il aurait cru, elle accepte la sortie. Amrish baisse les yeux pour lorgner sur sa tenue et estime qu’elle correspond assez bien au cadre de l’endroit où ils vont. Rakiel un peu moins, enfin pas totalement. Il lui faut juste modifier un élément et ça sera parfait.

Si tu peux juste changer le bas et mettre un jean ça serait top. Je crois qu’ils n’acceptent pas les gens en jogging. Sinon à part ça, ne change rien d’autres. Et sinon je ne sais pas si tu connais, ça ne fait pas longtemps que c’est ouvert. Mais ils ont déjà une bonne réputation. C’est le « With Us ».

Bon je t’attends. Je vais ranger notre commande, on mangera ça ce soir si tu veux bien ou si on a encore faim.


Il est treize heures quand le couple sort enfin de l’appartement, puis de l’immeuble. Il est clair qu’entre eux c’est encore tendu, mais Amrish a décidé de faire des efforts, d’oublier ce qui a pu être craché en boîte de nuit. Bon faut dire aussi que lui a réussi à évacuer sa colère en mettant l’appartement dans un désordre absolu. C’est peut-être pour cette raison qu’il n’est pas aussi affecté que Rakiel. Si elle avait été là à son retour de la boîte de nuit, la situation aurait été sans doute différente. Il y aurait certainement eu des éclats de voix. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il ne l’aurait jamais cognée. Il s’y refuse de ressembler à son père, quoiqu’en disent les autres. Il a conscience du chemin qu’il a accompli depuis son adolescence et grâce au foyer, il ne compte pas revenir en arrière et tout foutre en l’air pour des mots mal placés.

Leurs pas évoluent dans la même cadence. Amrish prend tout son temps parce qu’il ne travaille pas aujourd’hui. La douleur des plaies aux pieds s’étant dissipée, il a pu se chausser différemment. Les mains dans les poches dans la rue, il lance un coup d’œil à la brunette.

Pas besoin de voiture ou de moto. C’est à peine à trois rues d’ici. Marcher va nous faire du bien. Et nous permettre de discuter un peu avant d’arriver. Dans la situation que nous vivons présentement, je sais que j’ai été un gros débile. Je m’étais juré de ne pas te faire de mal, de ne pas bousiller nos chances pour que ce mariage marche, mais je fais tout de travers. Je ne sais pas si c’est parce que nous n’avons pas eu le temps d’apprendre à nous connaître comme un couple normal, mais je vois bien qu’entre nous deux ça ne fonctionne pas. Je te fais plus de mal que de bien et j’en suis navré.


Ses iris glacés abandonnent les traits du visage de la brunette pour se concentrer cette fois sur la route qu’ils traversent. Ils longent ensuite un carrefour pour emprunter une seconde rue. De loin on peut déjà entrevoir quelques personnes qui se dirigent vers le snack. Alors Amrish revient sur Rakiel.

Je n’ai jamais eu à côtoyer une femme comme toi Rakiel. Je veux dire, Mya est un peu comme toi, mais chez elle il n y a pas cette fragilité que j’ai pu voir en toi hier. Je ne te savais même pas capable de pleurer, c’est pour dire comme je me suis trompé sur ton compte.


Un petit rire forcé résonne brièvement. Il est mal à l’aise c’est une évidence. La raison pour laquelle il n’est jamais sorti avec une femme fragile, c’est justement parce qu’il est conscient qu’il y a deux facettes de sa personnalité qui s’affrontent. Bien qu’il ne désire pas ressembler à son père, il lui arrive d’être hargneux et égoïste. Ce sont des traits de sa personnalité qui ont causé du tort à Rakiel.

Cela ne fait qu’un mois que nous nous connaissons. J’apprends encore à assimiler la femme que tu es. Il m’est arrivé d’avoir un jugement hâtif à ton encontre. Mais le jugement n’a jamais été arrêté ou définitif. Je suis de ceux qui pensent que l’être humain fait face à de nombreuses variantes au cours de sa vie et peut donc en conséquence encore évoluer. Je t’ai demandée de nous laisser du temps. Tu me l’as demandé aussi. J’ai failli parce que je t’ai brusqué hier en invitant mes amis à l’appartement. Seulement…


La langue du jeune homme se fige en réalisant qu’ils sont arrivés. Le bâtiment à l’aspect d’une ancienne usine retapée est couvert d’affiches annonçant la représentation d’une icône de la musique américaine en tête d’affiche et quelques autres artistes amateurs américains en soirée.

Ah tiens un concert ce soir. C’est intéressant. Est-ce que tu voudras y assister ? Entrons d’abord, tu me diras si le lieu te plait.


La porte poussée c’est dans une grande salle scindée en quatre pièces que le duo s’introduit. Du côté gauche de la porte, on peut voir une pièce à l’ambiance Western. Toute la pièce est faite de bois, que ce soit le parquet, les murs ou les meubles. Des lampes à frange, un long canapé en cuir et un plaid en fausse fourrure sur l’un des accoudoirs, des bancs encadrent deux grandes tables rectangulaires recouvertes de nappe vichy. Un tapis imitation peau de vache sur le parquet, une tête de buffle accrochée au mur où trônent des portraits de grands chefs de tribus indiennes. Derrière le comptoir de la pièce un barbecue pour servir des steaks, des côtelettes de porc, des saucissons, des brochettes de viande, le tout accompagné de shot de Whisky et de coca grenadine. Ceux présents dans ce salon ont des bottes et des chapeaux de cow-boys ou de tribus indiennes.

Si l’on tourne le visage pour regarde côté droit, on voit une pièce à l’ambiance de Miami Beach. Décoration marine, sable fin artificiel, les couleurs blanches et bleu azur sont à l’honneur. Un long rocking-chair en rotin est calé contre le mur. Des tabourets en rotin avec tables basses de la même matière sont dispersés un peu partout dans la pièce. Des vases transparents avec du sable blanc et des plantes sont disposés ici et là. Une cascade artificielle chute dans un petit bassin près de la fenêtre. Des planches de surf et des bouées sont accrochées aux murs où des portraits de Marilyne Monroe et Frank Sinatra sont affichés pour représenter le côté glamour de l’Amérique. Derrière le comptoir, c’est service salade de crevettes ou de fruits, crabes farcis, des filets de poissons. Comme boissons des Margaritas ou Daiquiris ou des cocktails Miami Beach. Ceux qui optent pour cette pièce sont vêtus en tenue légère et sexy, lunettes de soleil au nez.

Enfin la troisième pièce qui est plus avant dans l’angle et près de la pièce Western, c’est ambiance new-yorkaise. Un mur en brique rouge, l’autre en gris. Un sol en béton ciré qui rappelle les usines. Tabourets et tables en métal peints de couleurs vives et chaudes. Un canapé en cuir vieilli dans un coin qui fait penser aux séries américaines. Des suspensions luminaires en métal noir apportent du cachet à la pièce. En face de la pièce une estrade avec le matériel de musique complet. Un artiste amateur est déjà à jouer de la guitare en fond sonore. Au mur des tableaux et des peintures de Whitney Houston, Lady Gaga et de la Skyline de Manhattan. Ici au menu Fast-food, hot-dog, seaux de poulets panés. Comme boissons de la bière ou de la lemonade. Tous ceux qui ont choisi cette pièce sont simplement vêtus en jean. L’uniforme des serveuses est associé à chaque pièce.

Autre particularité du With Us. Tout le monde s’exprime en anglais. On passe les commandes en anglais et uniquement en anglais. La plupart des clients sont des américains expatriés. Amrish s’approche alors de Rakiel et lui souffle à l’oreille sans la toucher.

Happy Birthday.
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Tu avais troqué ton jogging pour un jean noir slim et des baskets. Comme Amrish t’avait dit de te changer, tu avais pris les premiers vêtements à portée de vue. L’ambiance était étrange entre vous deux. Ni tendu, ni joyeuse. Ni enflammé, ni froide. Vous marchiez côte à côté, à une bonne distance l'un de l’autre. Tu ne connaissais pas vraiment l’endroit où Amrish voulait t’emmener. Tu avais entendu une fois ou deux de nom, mais c’était sans plus, tu n’avais pas cherché des infos sur le “with us”. À vrai dire, tu te demandais plus ce qu’il allait t’arriver.

Vraiment, tu n’arrivais pas à comprendre le comportement d’Amrish. Il avait déjà commandé, vous n’aviez qu’à faire vos devoirs froidement et c’était fini pour la journée. Il allait pouvoir profiter un peu de sa journée sans toi et basta.

Mais non, Amrish prenait du temps. Et tu ne savais pas pourquoi. Ni pourquoi il s’excusait. Parce que c’était inutile, tu lui avais dit que ce n’était pas nécessaire. De quoi avait-il peur hein ? Il avait peur que tu t’enfuies encore une fois ? Que tu les emmènes en prison voir pire ? Il avait peur pour sa réputation ? Ça servait à rien pour lui de penser à ça.


“Pas la peine de t’excuser, je t’ai dit que t’avais pas besoin de faire ça. Je ne vais pas partir pour nous envoyer une nouvelle fois en prison si c’est ça qui t’inquiète, ou même le dire à tout le monde. ” Dis-tu alors en regardant le sol, “et puis… Je ne suis pas toute blanche dans cette affaire. Je n'aurais pas dû dire ça, au sujet de ton ami et de tout le reste. J’ai dépassé les bornes et je t’ai blessé. Je n'ai pas réfléchi… Encore une fois."


Parce que si tu y réfléchissais bien Rakiel, t’avais aussi ta part de responsabilité là-dedans. Toi aussi, t’avais fait de la merde. Tu n'avais pas réfléchi et t’avais tout déballer, quitte à ce que ça fasse mal. Quitte à ce que tu t’enfonces encore plus et que tu creuses ta propre tombe.


“Je suis désolée pour ça. Et je m’excuse aussi à la place de Takeshi, comme il n’est pas là. Il ne voulait pas vous faire de mal, ni gâcher votre soirée…” Avouas-tu avant d’expliquer, “Quand… Je lui ai dit pour nos règles et que tes amis faisaient partie de ces règles. On pensait qu’ils étaient au courant, comme ils sont importants pour toi. Mais encore une fois, il en a parlé, mais ça n'avait pas pour but de blesser Kamaya vraiment, il a jamais voulu lui faire du mal ni à toi. Et je sais que ce n’était pas à lui d’en parler de toute façon, j’aurais dû l’en empêcher, mais je ne l'ai pas fait, parce que j’ai pas réfléchi à ça sur le moment. Alors… je suis désolée. C’est de ma faute tout ça.”


Tu t’inclinas face à lui. Tu pensais vraiment ce que tu disais. Tu n’avais aucun grief contre Kamaya, Takeshi non plus. Bon d’accord au début oui, ton ami avait pris un peu la mouche. Mais il avait fini par comprendre que ce n’était pas de la faute de la jeune femme, mais plutôt de la tienne. Après tout, si tu n’étais pas partie ce soir-là, Amrish ne l’aurait pas invité.

T’avais tellement l’habitude d’être la Rakiel sans foi ni loi, complètement égoïste et sans émotions autres que le mépris et l’ennuie que t’avais fini par y croire. Toi non plus tu ne pensais pas que tu pouvais encore pleurer. Tu pensais que la mort de Suzume avait épuisé toutes tes larmes. Mais il s'était avéré que non, puisque t’avais fondu en larmes.


“Ouai… Moi non plus” murmuras-tu


Vous étiez en pleine conversation quand Amrish se tut. Seulement quoi ? T’avais envie qu’il finisse. Mais tu le vis regarder le bâtiment et les affiches. De nombreux artistes américains semblaient se produire ici et tu ne comprenais pas. Pourquoi voulait-il aller là ? Était-ce parce qu’il avait entendu ta conversation avec Wiggings ? Dans quel but voulait-il t’emmener là ? Était-ce parce qu’il avait entendu que Wiggings voulait le rencontrer ? Ou bien avait-il vu les billets ? Voulait-il aller aux états-unis ? Ou bien tentait-il de te dissuader d’y aller avec le “With Us” ?


Pourquoi. Ça continuait de tourner dans ta tête. Pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi. C’est pour cette raison que tu ne dis rien et te laissa entraîner dans le bâtiment. Tes yeux s’écarquillèrent légèrement en voyant les salles, en entendant ta langue maternelle avec toutes les subtilités des accents. Les mots mâchés, les exclamations, les tons, tout était là. Les différentes salles avec une ambiance différente. Tu baissas ton masque et soufflas en léger rire. Tu t’avanças légèrement, regardas tout autour de toi en silence. C’était comme une bulle cet endroit, une bulle avec plusieurs bulles à l’intérieur. C’était vraiment un super endroit. Mais encore une fois : pourquoi ?

Il devait bien y avoir une raison à tout ça. Amrish devait avoir quelque chose derrière la tête. Ce n’était pas possible autrement, mais quoi ? Tu ne savais pas.

Tes yeux s’écarquillèrent une nouvelle fois quand tu sentis le souffle d’Amrish près de ton oreille, quand t’entendis le “Happy Birthday”. Ton corps se statufia et il te fallut quelques secondes pour assimiler tout ça. Parce que tu ne comprenais pas encore une fois. Tu ne voyais pas l’intérêt pour lui de faire. Mais tu compris un peu pourquoi il avait fait ça, ou du moins, comment il avait été au courant.


“Tu as vu la carte…” Dis-tu soudainement, “Je ne fête pas mon anniversaire. Enfin, avec Tak, on se prend une cuite, mais c’est comme d’habitude, tu vois. C’est… Ce n'est pas… Enfin voilà… Attention, je suis pas en train de dire que je n'aime pas cet endroit… Au contraire, il est génial.”


Tu étais déstabilisée, sur le cul. T’arrivais pas à croire qu’Amrish pouvait simplement être gentil, pas après ce qu’il s’était passé. Et même si l’incident de la veille n’avait pas eu lieu, tu n’aurais jamais pensé qu’il puisse faire ça. Tes yeux regardaient un peu partout avant que tu ne le regardes enfin. Que tu ancres tes yeux dans les siens. Soupirant pour reprendre contenance, tes pas se dirigèrent naturellement dans la partie New-yorkaise.

Quand tu t’assis sur le canapé en vieux cuir, tu soupiras une nouvelle fois, posant ton coude sur la table pour que ta main passe sur ton front. Consciente que t’allais sûrement tout gâcher encore une fois sans le vouloir.


“Mais pourquoi tu fais ça ? Je t’ai dis que c’était bon, que je ferai ce que tu voudras, que la vie serait comme toi, tu le voudrais. Alors pourquoi tu fais encore des efforts ? ” Déclaras-tu, “ On est différents, on voit le monde à des années-lumière de l'autre comme tu dit, on n’est pas fait pour s’entendre. La moindre chose et ça part au quart de tour avec nous. Je… Je gâche tout Amrish, même quand je ne le veux pas. La prison, la boîte de nuit : c'est arrivé parce que j’ai allumé la mèche, c'est pas toi le fautif.”


C’était parce que t’étais partie comme une furie qu’Amrish avait appelé Kamaya. Parce que t’avais déclenché les hostilités dès le début qu’il t’avait d’abord collé une étiquette. Parce que t’avais oublié les devoirs qu’il avait invité ses amis. C’était toi qui déclenchais tout ça, alors pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’il voulait encore une fois faire des efforts ?


“Pourquoi tu veux encore prendre le risque que je fasse n’importe quoi ? Ça ne sert à rien Amrish. Je ferai encore de la merde, je te ferais souffrir comme hier, je te blesserai encore et encore alors que tu ne mérites pas ça.” Lanças-tu, “On n’arrive pas à se donner du temps, on n’arrive pas à vivre ensemble, à se faire confiance.”


Il n’avait rien à gagner, rien à prouver. Tu le regardais avec incompréhension. Amrish était un mystère pour toi. T’avais fait tellement de connerie dans ce mariage, que tu voulais plus en faire désormais. Tu préférais abandonner. Vous étiez tous les deux butés, il fallait qu’il y en ait un qui abandonne pour que ça fonctionne. T’avais choisi d’être cette personne, alors pourquoi ? Pourquoi Amrish voulait que tu restes toi, alors que tu étais celle qui faisait n’importe quoi ?


"Je t’avais demandé du temps pour faire des conneries, pour apprendre, pour te faire confiance, pour ne pas avoir peur, pour me sentir bien à l’appart. Parce que la socialisation et moi, ça ne fait pas deux, mais mille. Mais ni toi ni moi n'avons réussi. Tous nos problèmes peuvent être résolus si j’arrête d’être égoïste et de me battre. Si j’abandonne, tout ira mieux. ” Déclaras-tu tremblante, “ Alors pourquoi ? Je n'arrête pas de me poser cette question, pourquoi ? Pourquoi tu veux encore de Rakiel, la connasse de ta vie ?”


Tu étais sérieuse. Tu ne voyais que ça pour vivre avec lui désormais. Peut-être étais-ce parce que tu étais fataliste, ou tout simplement lâche comme Amrish avait pu le penser lors de la randonnée. Tu sentais ton cœur battre dans tes oreilles, tes mains tremblaient : c’était le prix à payer pour avoir bu trop de café en si peu de temps et pour l’ascenseur émotionnel qu’Amrish te faisait éprouver.


“Je suis désolée, j'arrive pas à comprendre pourquoi tu es encore conciliant après que j'ai fais de la merde” dis-tu en soupirant, “Désolée, j’ai bu trop de café depuis ce matin, c’est pour ça que je tremble.”
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

L’ébauche d’un sourire au visage radieux de Rakiel qui découvre sa surprise, Amrish est ravi d’avoir contribué à ce petit moment de réjouissance et d’insouciance. Tout le monde a droit à un évènement particulier pour son anniversaire, pour sa venue au monde qui peut être signe de bénédictions ou de malédictions pour les proches. Il ne saurait statuer définitivement sur ce que l’anniversaire de Rakiel représente pour lui, mais il est fier d’avoir déniché cet endroit et l’effet qu’il a réussi à produire sur elle. Mais l’instant magique se rompt assez vite parce que Rakiel joue encore sa Rakiel quoi. Au lieu de simplement apprécier le moment, elle se pose mille et une questions et en vient même à lui balancer maladroitement que ce n’était pas vraiment nécessaire puisqu’avec son fameux pote ils se contentent généralement de prendre une bonne cuite.

Faudra quand même qu’elle arrive un jour à percuter qu’il y a une différence entre Takeshi et lui. Qu’ils sont deux hommes bien distincts et qu’il n’a pas l’intention de copier son ami pour gérer sa relation avec elle. Lui il est l’époux, Takeshi est le pote avec qui elle s’envoyait en l’air parfois et qui aujourd’hui restera son meilleur ami. De même il n’a pas l’intention de régir sa vie comme elle avait pour coutume de le faire avec lui pour gérer ses humeurs. Chacun sa méthode. Donc il ne réagit pas quand elle essaie de minimiser l’importance de ce jour. Il se contente juste de poser sur la décoration un regard admiratif du travail accompli.

Puis ses yeux dévient pour se focaliser sur Rakiel qui aligne ses pas vers le salon New-yorkais. Amrish l’aurait parié, c’est pour ça qu’il lui a demandé d’enfiler un jean. Bien évidemment il emboite ses pas toujours les mains dans ses poches. Un regard au musicien qui joue de la guitare, il s’assoit près d’elle sur le canapé. Et Bim bam boum ! C’est reparti pour un nouveau show à la Rakiel. Amrish bascule la tête en arrière dans un rire franc et railleur. Puis un sourire narquois accroché aux lèvres, il lâche.

Purée je n’ai jamais vu une femme aussi maladroite. Bordel tu ne peux pas juste profiter sans te poser de questions ?


Cette fois ses iris glacés se fondent dans ses noisettes et le sourire s’élargit tandis que le regard pétille de malice. Mais ils sont interrompus par l’arrivée d’une serveuse.

-Hello Miss, Sir. Have you already chosen your order?


Amrish détourne les yeux pour les poser sur la serveuse. Son regard s’abaisse ensuite sur la table où il distingue une carte avec les spécialités.

Hello. For me it will just be a burger fries and a dark beer. Thanks You.


La serveuse note dans son bloc à commandes, puis se tourne vers Rakiel pour prendre sa commande. Amrish attend que la serveuse s’éloigne pour reprendre leur discussion.

Pourquoi je veux toujours prendre le risque ? Ben déjà parce que je suis censé passé le reste de ma vie avec toi et que ce n’est pas parce qu’on ne s’entend pas que l’incontestable va annoncer notre divorce. Alors autant trouver un moyen de vivre sans que cela soit l’enfer entre nous constamment.


Il s’adosse, pensif. Ses yeux fixent le plafond métallique.

Tu parles de ne pas se donner du temps, de ne pas se faire confiance. Purée Rakiel nous n’en sommes qu’à un mois de mariage. Nous n’avons pratiquement rien vécu tous les deux pour qu’il y ait une quelconque avancée dans notre relation ou notre cohabitation. Comme je viens de te le dire, nous sommes censés passer le reste de notre vie tous les deux. Ce n’est pas en un mois qu’on va régler tous nos problèmes.


Il se redresse pour cette fois plonger ses orbes dans ses prunelles.

Puis je n’ai pas envie d’avoir l’ombre de Rakiel dans ma vie. Tu ne mérites pas une vie aussi merdique que celle-là. Oui on se fait mutuellement souffrir tous les deux. Mais je suis un grand garçon pour réussir à encaisser tout ça et passer au-dessus. Je ne me pardonnerai jamais si je dénature ta personnalité à mon profit. Je préfère que tu restes toi et qu’ensemble on arrive à trouver un juste milieu pour que ça colle entre nous. De plus tu parles de peur. De quoi tu aurais donc si peur ? De moi Rakiel ? Je te fais peur ? Je n’ose y croire. Pas toi. Tu es bien plus teigneuse et plus forte que tu le crois. C’est cette Rakiel là avec laquelle je veux apprendre à vivre.


La serveuse débarque une nouvelle fois. Mais cette fois elle a les commandes qu’elle dépose sur la table. Quelques clients s’installent à d’autres tables, mais Amrish n’y prête pas vraiment attention.

Navré d’avoir regardé dans ton carton. C’était ouvert. Mais j’ai aussi entendu la femme au téléphone quand elle hurlait. Tu dois voyager pour du boulot c’est ça ?
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
ATTENTION : RISQUE DE VULGARITÉ DE LA PART DU PERSONNAGE




T’avais envie de rire. Vraiment. T’avais envie de lui dire à Amrish pourquoi tu pouvais profiter avec lui ? Pourquoi tu ne pouvais pas profiter de ce moment pour une fois ? Bon après tout, tu venais de péter un petit câble, il devait ne pas te prendre au sérieux. Ou bien s'en foutait-il ? Ou bien passait-il au-dessus de ça ? Bah, qu'importe ! Ça t'énervait juste.


“Pourquoi je profiterai avec quelqu’un en qui j’ai pas confiance ? Réfléchis bordel de merde”, pensas-tu, “tu profites toi quand t’es avec quelqu’un que t’aimes pas ?”


"Oui, tu as raison, désolée.” Dis-tu en souriant, “ça se reproduira plus donc autant profiter.”


Franchement, tu étais prête là, tu étais au sommet des montagnes russes là. T’avais la rage contre Amrish. Il n’y avait que lui pour te faire ressentir ça. De tous les mecs que t’avais pu rencontrer, c’était bien le seul à jouer avec tes nerfs comme ça.


“Two beers, one lemonade, one bottle of water and one Vanilla Milkshake.” Commandas-tu, "Thanks sweetheart."


T’avais pas faim, tu préférais boire à la place. Au moins, tu allais avoir quelque chose pour t’empêcher de faire ce que t’avais l’habitude de faire : parler sans filtre. C’était drôle de voir encore une fois Amrish parler de ça. Vraiment, tu voyais qu’il faisait des efforts, il devait sûrement parler comme ça aux jeunes dont il s’occupait. Mais bon…


“Il y avait un moyen, mais t’as tout gâché en ne prenant même pas la peine de prendre ton putain de téléphone de merde connard.”


Ouai… C’est vrai que ça ne faisait qu’un mois, et pourtant t’avais l’impression que ça faisait des années. Mais ça ne marchait pas, votre relation, les débuts étaient chaotiques. Il fallait le dire, t’étais une merde en socialisation.


“Et en un mois t’as toujours pas compris que ces règles étaient importantes et là pour une bonne raison. Pour moi ça comptait et tu gagnais des points de confiance petit enfoiré de merde.”


“Bien sûr qu’en un mois c’est pas possible, mais je pensais que c’était bien parti.”



Tu avais vraiment, mais vraiment envie de lui coller ton poing à la figure. T’avais d’autres envies aussi, mais il valait mieux les étouffer.


“Je viens de te proposer une solution et tu ne l'acceptes pas putain, qu’est-ce que tu veux de plus sérieux. Tu me désespères.”


Et le pompon sur la garonne, le clou du spectacle arriva. Et ce n'était pas possible pour toi de retenir ton rire face à Amrish. Oh, qu’est-ce que c’était drôle. Enfin… C’était plus un rire nerveux pour être honnête. Et pour finir, comme pour répondre à son sourire railleur de tout à l’heure, tu laissas apparaître un sourire méprisant en le regardant de haut en bas avant de soupirer de lassitude.


"Bien sûr que j’ai peur, ni même confiance en toi. J’aurais pas fait tout ça sinon. J’espère que t’as compris maintenant.”


"T'es bien le premier mec qui joue autant avec mes nerfs, c'est les montagnes russes avec toi." dis-tu en lâchant un petit rire


T'étais en colère là, donc ton avis était totalement biaisé. Même en sachant que c'était toi qui avais fait de la merde. Si ça ce n'était pas du Rakiel tout craché... Amrish devait être rassuré de te voir réagir comme ça non ?

T’étais pas forte Rakiel, teigneuse oui, mais pas forte. Sinon t’aurais eu la force de lui faire confiance, de lui montrer ton monde, de lui parler et non de montrer les crocs. T’aurais eu le courage de faire tout ça. Mais vous étiez différents, alors il était normal que pour lui, ça ne comptait pas autant que pour toi.

Quand les commandes arrivèrent, tu t’empressas de prendre ton verre d’eau et de le boire d’une traite. Tu ne lui en voulais pas pour le carton. Il aurait bien fini par le voir ce fameux colis. Et puis Wiggings avait délibérément hausser la voix. Tu haussas simplement les épaules en vidant ta première bière de moitié. Téléphone en mains, tu regardas alors le mail de Wiggings afin de lire tous les détails.


“T’excuses pas c’est pas grave. T'aurais fini par le savoir de toute façon. ” Déclaras-tu avant de lui expliquer, “j’ai été sélectionnée avec d'autres artistes pour composer une chanson qui sera l'hymne de l’événement. On est une dizaine apparemment à avoir été sélectionné, ça va être une compétition entre artistes pour déterminer quelle chanson représentera le mieux l’événement.”


C’est là que tu pouffas de rire. Comme si c’était obligatoire d’aller là-bas pour le moment. En fait, tu n’étais vraiment pas obligée, la compétition venait à peine de commencer, les producteurs n’avaient pas pris leurs décisions.


“La petite fourbe…” Dis-tu doucement, “ Elle a failli m’avoir. D’habitude un simple appel vidéo suffirait, les producteurs peuvent être sympa sur ça, surtout pour ce qu’ils demandent. Mais maintenant qu’elle sait que je suis mariée, elle a sorti que j’étais obligée pour qu’elle puisse te rencontrer. Si tu veux y aller, on y va.”


Vraiment, c’était sincère. Bon, ça te ferait vraiment chier si Amrish voulait la rencontrer, mais tu savais qu’il n’y échapperait pas.


“Tu n’y échapperas pas de toute façon si tu tiens à y aller.” Lanças-tu en levant ta bière vers lui, “C’est soit ça, soit elle se ramène et clairement, Wiggings serait capable de se faire naturaliser. Et j’ai pas envie que la seule personne que je considère comme ma famille vive une vie de merde comme nous.”


Ce petit aparté te permit de te calmer dans un sens, c’est pour ça que tu consentis à être calme et à l'écouter. Il fallait que tu réfléchisses là. Il fallait que t’arrêtes de vouloir tout dire et de te comporter comme une gamine. Surtout que ce n’était pas quelque chose à prendre à la légère, c'était pour la suite de ta vie-là. Alors autant l'écouter, comme ça, tu sauras ce que t'allais devoir faire pour lui faire plaisir à Amrish.

Et comme tu savais que ça allait influencer sur ton moral et probablement prendre du temps, t'appelas ton Senpaï. Ah bah oui, tu bossais ce soir, enfin... Tu étais censé bosser, mais il valait mieux prendre le temps maintenant.


"Ouai Senpaï, désolée pour hier soir... Mais tu peux me faire une faveur ? J'ai un truc important à faire là et ça va me prendre toute la journée voir toute la nuit. Tu peux me remplacer s'il te plaît ?... Ouai, ouai je sais c'est pas bon d'annuler au dernier moment mais t'es en vacances là et puis je leurs donne un meilleur DJ... Merci Senpaï..."


Une bonne chose de faite. Premier nouvel effort pour engager un nouveau départ avec Amrish : tu lui accordais du temps de ton plein gré. De plus qu'il n'avait pas tord. Il fallait repartir sur des bases un peu plus solide. Au moins vous laisser une dernière chance, lui laisser une chance.


“T’as pas fini ta phrase tout à l’heure : seulement quoi ? ”, lui demandas-tu en buvant encore un peu de ta bière,”Puisque tu sembles vouloir que ce mariage fonctionne, dis moi au moins c’est quoi un mari normal ou une femme normal alors ? Ou du moins, ta vision du mariage et de notre colocation. Histoire qu’on sache vers où aller maintenant, pour avoir un juste milieu.”
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

Le jeune homme est surpris par la commande de Rakiel. C’est pourtant elle qui a demandé à ce qu’il commande à manger à l’appartement. Donc c’est qu’elle avait faim. Alors pourquoi soudainement elle commande si peu ? Est-ce lui qui lui a fait perdre son appétit ? Ce n’est pas à exclure. Amrish ne doute pas de l’effet qu’il produit chez la brunette. Elle le hait c’est clair. Il y a encore quelques heures c’était aussi son cas. Il aurait voulu lui tordre le cou. Mais après son petit moment de défouloir la pression est vite retombée et là il est à l’aise. Ce n’est pas le cas de Rakiel qui le confirme même lorsqu’elle prétend qu’il est le premier mec à jouer autant avec ses nerfs.

Et dire que je m’efforce d’être en mode mec conciliant depuis le début de ce mariage. Qu’est-ce que ça sera si tous les deux on arrête définitivement d’essayer. Ça va être une catastrophe. Mais on ne laissera pas une telle emmerde nous arriver.


La bière posée, il porte la bouteille aux lèvres pour s’en boire une grande gorgée. Son geste est freiné quand elle explique la teneur de sa conversation avec cette Wiggings. La bouteille est posée et Amrish saisit le burger pour en savourer une bouchée agrémentée de quelques frites. Son cerveau fait le grand huit dans sa tête. A-t-il vraiment envie de rencontrer cette personne ? Doit-il refuser au risque qu’elle débarque pour le rencontrer ? A entendre Rakiel cette femme est bien capable de tout envoyer promener pour s’assurer que la brunette a un mari top. C’est que Rakiel doit être importante pour elle et certainement qu’elle l’est tout aussi pour Rakiel. Amrish pose son burger et se munit d’un mouchoir pour s’essuyer sommairement les lèvres.

Alors si je calcule bien. Je prends quelques congés dans une semaine. Des congés de deux semaines. Je pense que ça peut le faire un voyage aux Etats-Unis pour me distraire. Pourquoi pas.


Après une nouvelle gorgée de sa bière, il reprend son burger. Rakiel en profite pour décommander sa soirée. Amrish est un peu surpris, mais n’en dit mot. Toutefois il est conscient que leur relation vient de passer à l’attention number one de Rakiel. C’est donc une discussion sérieuse et sincère au programme. Le jeune homme sourit doucement lorsqu’elle rebondit sur le sujet entamé au cours de leur marche.

Tu as une sacrée mémoire dis donc.


Il pose son burger, vide sa bière avant de se laisser aller contre le dossier du canapé.

J’ai compris qu’inviter du monde chez nous, ça cause un mal profond en toi. Ça je l’ai capté hier. Seulement je me sens en prison. Je sais que ça peut paraitre ridicule au vu du métier que j’exerce, mais j’ai horreur qu’on m’impose des règles. Je les supporte déjà au travail, je ne pensais pas devoir en supporter à la maison.


Il la regarde franchement tout en poursuivant son explication.

Tu n’as jamais eu cette impression d’être enfermée ? Un peu comme un lion en cage à qui on refuserait de s’épanouir dans son habitat naturel ? J’ai imposé des règles, tu as imposé les tiennes. Mais au final ces règles là me font grave chier. Je te parle franchement là. Le but n’est pas de te blesser ou de te vexer. Je te dis juste ce que je ressens. Maintenant je sais que tes règles ont une raison d’être et je compte vraiment les respecter à présent. Sauf si de ton côté tu veux bien lâcher un peu prise, juste un peu. Peut-être que quand tu n’es pas là je peux inviter du monde ? ça sera déjà une petite évolution et un plus pour moi. Bien sûr je ne te demande pas de lâcher prise tout de suite. Il est peut-être encore trop tôt pour toi. Mais j’en ai besoin. Alors si tu peux y penser, ça me ferait plaisir.


Il pioche ses frites une à une, le regard dans le vide. Ce qu’est un bon mari ou une bonne épouse ? Bon sang il n’a jamais été marié lui. Il ne sait donc pas comment répondre à cette question. Il s’essuie frénétiquement les mains avec le mouchoir en poussant un soupir.

En fait je ne sais même pas ce que je dois attendre de toi Rakiel. A part ton humeur changeante et tes crises, tu mènes une vie tout à fait normale. Je n’ai rien à y redire. Bon c’est vrai que là présentement je ne ressens rien pour toi, donc je peux difficilement te demander de me montrer des signes d’affection de temps en temps ou alors me laisser te toucher quand j’ai besoin de chaleur. Présentement je n’en ressens pas le besoin. Mais pourquoi ne pas essayer d’être des amis pour commencer ? C'est-à-dire pas de coups de crasse, pas de sujets sensibles à aborder, pas des erreurs qui vont nous envoyer au trou. Pour les devoirs tu les respectes déjà, donc du moment que tu respectes mes amis et que tu arrives à te tenir en public comme tu le fais là, c’est suffisant quoi. Je n’ai rien d‘autres à te reprocher ou à exiger de toi. Je pense que pour ma part le temps suffira à me faire changer de regard sur toi.


Le doigt levé pour héler la serveuse, il indique ensuite sa bière vide pour passer une seconde commande de bières. Ses orbes reviennent sur elle.

Et toi ? Qu’est-ce qui peut me rendre agréable à tes yeux ? Te donner envie de baisser les armes et me voir comme ton époux ?
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Le moment était venu pour toi de fermer ta bouche. Et ouai il fallait que tu fermes la bouche Rakiel. Tu te contentas de hocher la tête, écoutant attentivement Amrish.

Un lion en cage ? Privée de liberté ? La Rakiel égoïste fulminait, elle bouillonnait de rage et avait envie de lui hurler dessus. T’avais vécu ça aussi, t’avais vécu tous les jours avec la peur au ventre en rentrant chez toi, à ne pas savoir quoi faire ou dire pour qu'on puisse te laisser vivre. Mais Amrish ne savait rien, donc il ne pouvait pas savoir. Tu préférais boire ta limonade et l’écouter plutôt que de te plaindre et lui couper la parole. Cela ne servirait à rien. Tu soupiras alors, lasse avant de lever les mains en guise de reddition.


“Laisse tomber pour ça, invite-les quand tu veux, même si je suis là. Certains ont réussi à dépasser leurs traumatismes ou à vivre avec sans que cela ne chamboule la vie des autres, d’autres nons. Mais si mes règles signifiaient te mettre en cage, alors autant les oublier. Juste prends ton téléphone et prévient, ça te va ? ” Dis-tu alors, “C’est fait de toute façon donc que je sois là où pas, ça ne changera rien. Cependant, ça s’applique aussi à moi.”


Il fallait aussi que ça aille dans les deux sens, si ses amis pouvaient venir, les tient aussi. Cela te rassurerait dans un sens. Mais il ne fallait pas pousser le bouchon. C’est pour cela que tu regardas Amrish avec un regard qui en disait long : tu ne céderais pas à ça s’il voulait que tu oublies tes règles.


“ Ne t’attends pas à ce que je change de comportement comme hier soir. Je parlerai comme je le veux et pour éviter tout malentendu : non, je ne les insulterai pas.” , déclaras-tu avant de renchérir, “ Je changerai pas non plus de comportement où que je sois et pour éviter tout malentendu : je suis capable de me tenir normalement si on ne vient pas me faire chier, aussi fou que ça puisse te paraître. Donc je resterai moi-même en présence de mes amis, des tiens et toi de même également. Tant que vous ne mettez pas un pied dans mon studio et que vous ne touchez pas à mes affaires, ça ira, tu peux faire tout ce que tu veux chez toi.”


Donnant-donnant. Tu trouvais ça juste non ? S’il acceptait ça, au moins une bonne chose était faite. T’étais calme maintenant avec Amrish, ton visage était neutre. Tu n’étais ni en colère, ni triste, juste fatiguée. Il fallait profiter de ce moment comme il te l’avait dit. De plus que, pour une fois, tu étais d’accord avec Amrish. Avec pratiquement tout ce qu’il venait de te dire. Toi non plus tu ne ressentais rien pour lui, t’avais pas besoin de ses gestes, t’avais besoin de rien venant de lui désormais.


“ Je suis d’accord avec tout ce que tu viens de dire. Tu m’ôtes une épine du pied en parlant des contacts physiques et c'est réciproque : ne me touche pas sauf pour les devoirs.” Dis-tu alors calmement.


Tu finis alors ta limonade en le regardant intensément. Mais tu décidas de prendre sur toi et de l’écouter encore une fois.


“ Te rendre agréable… Baisser les armes…”, répétas-tu avant de prendre une profonde inspiration, “ Comme on est en train d’avoir une discussion franche sans risque de vexer l’autre, autant être honnête avec toi pour que tu comprennes bien : j’ai peur de toi désormais, aussi incroyable que cela puisse te paraître. Je n’ai aucune confiance en toi et je ne sais pas ce dont t’es capable de faire. Le lion n’est plus dans sa cage désormais, qui sait ce qu’il va faire dans son habitat naturel pas vrai ? Et puis c’est réciproque non ? Sauf pour la peur, je doute que je puisse te faire peur. Crois-le ou non, c’est un fait, c’est comme ça.”


Puis tu te rendis compte que tu lui avais peut-être posé une colle avec ta question quand il te la posa. Qu’est-ce que t’attendais de lui en tant qu’époux ? Putain t’en savais rien. Le seul exemple de mari que tu avais vu, c’était celui d’un homme froid et élitiste. Donc clairement, pas le meilleur des exemples.


“Alors je n’attends rien de toi, je préfère voir quel genre d’époux, tu deviendras par toi-même en adéquation avec l’homme que tu es, sans chaînes et sans règles.” Avouas-tu, “Tu ne sais pas qui je suis ni moi qui tu es et c’est de ma faute tout ça… Ou c’est peut-être mieux ainsi, je sais plus vraiment pour être honnête.”


T’avais envie de lui dire le fond de ta pensée. De lui dire ce qu’une partie de toi ne pensait même pas que vous pouviez être ami. Cette partie avait encore envie d’abandonner, de tout laisser en plan, de lui donner raison à Amrish et à tous les autres. T’avais envie de lui dire que le Amrish de la randonnée, patient, attentif, sincère et franc t’avais fais croire qu’il pouvait comprendre ton besoin de temps. Mais tu t’étais fourvoyée… Ou peut-être que t’arrivais pas à voir que c’était la même personne depuis le début. Peut-être qu’il fallait que tu y crois un peu, que tu te forces à le faire cette fois-ci.


“On verra au jour le jour, pas à pas”, dis-tu en regardant ta bière, “ Si on se donne vraiment du temps cette fois-ci, peut-être que notre regard sur l’autre changera et… Qu'on réussira à être amicaux l’un envers l’autre.”


Des applaudissements survinrent alors pour féliciter le guitariste. Tu en profitas pour l'applaudir toi aussi. Mettant deux doigts à ta bouche, un sifflement s’échappa de tes lèvres avant qu’un petit sourire n'orne ton visage. Tu n’avais plus envie de parler de ça désormais, tu pensais que les choses étaient dîtes maintenant.


“Merci.” Dis-tu en regardant Amrish, “ c’est sympa comme endroit et c’est sincère.”


Tu te lovas dans la banquette, te mettant le plus à l’aise possible pour bien voir la scène et les autres artistes qui allaient se produire. Un calme sourire scotché aux lèvres.


“Est-ce qu’on a mis les choses au clair maintenant ? Enfin, si tu veux ajouter quelque chose, vas-y, je t’écoute” déclaras-tu en buvant un peu de ton milk-shake
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

Les yeux exorbités, Amrish se tourne vivement vers Rakiel qui se révèle plutôt versatile. Il y a encore quelques heures elle lui criait dessus qu’elle avait besoin de temps pour s’adapter, pour se faire à l’idée que des inconnus pénètrent chez elle, enfin chez eux. Et là boum parce qu’il lui dit que ça le perturbe vraiment, elle y renonce ? Est-ce que c’est sincère ? Ou cherche-t-elle encore à le bourrer de remords parce qu’elle va dans son sens et agit comme lui aimerait qu’elle agisse ? Après tout elle n’a pas arrêté de lui répéter ça. Elle fera maintenant comme lui le désire. Est-ce que c’est encore un acte perfide pour qu’il culpabilise ? Amrish ne peut être affirmatif. Ce qu’il peut garantir c’est qu’elle a entendu sa plainte et qu’elle a agi en conséquence en levant les interdits. Le jeune homme laisse poindre un sourire qui illumine ses traits.

Mais très vite le climat change et Rakiel réclame de la réciprocité. Si elle renonce à ses règles, il est naturel que de son côté il doit renoncer aux siens. Dans le fond ce n’est pas un problème pour lui. En un mois il a appris à la connaître un peu sur son style de vie et sait que ce n’est pas le genre de fille à sortir dans la rue habillée comme une trainée ou à chercher de la cocaïne pour planer. Ses dérives sont supportables et acceptables. Aussi Amrish opine gravement du chef en portant lentement la seconde bière à ses lèvres.

Je ne sais pas si tu jouais la comédie en boite de nuit. Mais ce que j’ai vu de toi n’a pas été déplaisant. Malgré tes phrases coup de poing, tu sais te tenir en public et tu es plutôt classe quand tu veux, tout en restant sexy. Quant à mes amis, ils pourront gérer tes crises si je mets tout le monde au parfum.


Une nouvelle gorgée de bière, quelques frites en bouche. Mais l’écoute est soutenue malgré son air distrait.

C’est ce que je souhaite Rakiel. Je ne sais pas trop à quel moment entre nous deux c’est devenu chaotique. Je crois dès le départ en fait. Aucun de nous n’a voulu accorder un peu de place à l’autre dans sa vie. Peut-être qu’on était aussi trop occupés à jauger qui était le plus fort des deux et au final on est passé à côté de la personnalité de la personne qu’on est censée connaître et côtoyer le reste de notre vie. Je désire sincèrement un peu d’accalmie dans notre vie et une entente positive, cordiale entre nous. Peut-être qu’on se découvrira des qualités insoupçonnées.


Tous les regards convergent vers le guitariste qui vient de terminer sa représentation. Amrish apprécie la spontanéité de Rakiel qui acclame le guitariste. Il esquisse un sourire en la regardant en coin et baisse doucement la tête à son remerciement.

Mais je t’en prie. Ravi que ce coin te plaise.


Le guitariste est remplacé par un chanteur de jazz qui apporte au snack un cachet très suave et dansant. Il profite qu’il ait un peu plus d’ambiance pour revenir sur un point.

Pas tout à fait pour être sincère avec toi. L’idée même que je puisse t’effrayer me bousille le cerveau. Ok ce n’est pas de ta faute. J’ai merdé tellement de fois que je comprends que j’ai pu faire naître en toi ce sentiment d’angoisse. De même j’ai dit tant de fois que je ne te ferai jamais de mal qu’aujourd’hui mes mots ne doivent plus avoir la moindre valeur pour toi. Mais Rakiel, je te promets que mon objectif n’est pas de te faire du mal ou te faire souffrir.


Il détourne ses yeux de l’artiste pour les poser sur elle.

Je ne sais pas pourquoi je suis aussi empoté avec toi. J’avoue qu’il y a des moments où je perds tous mes moyens quand je suis avec toi et je vois rouge. Néanmoins j’apprends à me contrôler et à ce que cela ne t’affecte pas. J’aimerai qu’un jour tu dépasses ta peur et que tu m’autorises à avoir une place dans ta vie. Même si c’est seulement comme un pote quoi. Mais je souhaite vraiment qu’entre nous ça marche et je suis prêt à tout pour ne plus être un enfoiré pour toi. Je n’ai pas encore ton mode d’emploi c’est clair. Mais je m’y emploie. Donnons-nous plus de temps. Je crois que nous en avons besoin, tu ne crois pas ?


Ses orbes glissent pour se river sur l’artiste avant de rebondir sur elle.

On reste encore un peu ou tu préfères qu’on rentre ? Sauf si tu veux qu’on marche encore un peu. C’est comme tu le sens. Tu ne travailles pas et moi non plus. On a donc toute la journée de libre pour profiter. Tu aimerais quelque chose en particulier ?
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Alléluia ! Mais qu’est-ce qui vous arrivez pour que vous vous entendiez comme ça ? Sans cris ni remarques. Bon… Il était plus exact de dire “mais qu’est-ce qui te prenait à toi, Rakiel ?”


Enfin non. Plutôt à Amrish aussi. Depuis quand il te trouvait attirante ? Non pas que cela ne te faisait pas plaisir, mais tu ne pensais pas être son genre. Encore une fois, tu pouvais remercier tes vieilles habitudes pour l’avoir mis dans une case.


“Normal, chui casé avec un apollon qui pourrait détruire l’humanité si la planète le matait constamment.” Pensas-tu, “Faut bien essayer de détourner son regard de temps en temps.”


Vous étiez bien là, mieux valait pour vous deux que tu ne sortes pas une bourde sur les amis d’Amrish et leurs incapacités à te gérer. Non Rakiel, il ne fallait pas, c’était encore trop tôt pour que tu balances encore une fois des choses sans réfléchir.

Et c’est peut-être parce que t’avais lâché la pression que tu réfléchis à ce qu’il te dit par la suite. Tu ne pus qu'acquiescer à ses dires. C’était exactement ce que t’avais fait. Tu avais beau être de mauvaise foi la plupart du temps, là, tu pouvais pas. Amrish avait raison, sur toute la ligne. Tu l’avais pris pour l’ennemi numéro un de ta vie, ne cherchant aucunement à savoir quoi que ce soit sur lui.

Le guitariste laissa sa place à un autre qui apporta avec lui toute la sensualité du jazz. Tu voyais quelques personnes se lever pour danser au rythme du jazz qui embaumait la pièce. Certains ne faisaient que taper le rythme avec leurs pieds, d’autres se balançaient timidement sur leurs chaises en appréciant la musique. Toi, tu te contentais de regarder Amrish et pour la première fois, quand il te regarda dans les yeux, tu détournas le regard immédiatement. Son regard était trop insistant pour toi, t’avais pas envie de voir se refléter dans ses prunelles sa sincérité, ou sa perfidie.

Tu ne savais pas si c’était encore une manière pour lui de t’amadouer, de te brosser dans le sens du poil, de te faire baisser ta garde pour qu’il puisse se rassurer de nouveau sur ses chances de survie. Tu ne croyais pas au fait que ta peur vis-à-vis de lui pouvait le blesser autant. Sortait-il les violons exprès pour que tu puisses te calmer ? Tu ne croyais pas non plus à son envie de vouloir avoir une place dans ta vie. À quoi cela lui servirait ? Mais s’il n’avait cessé depuis le début de ce mariage de te répéter ça, peut-être qu’il y avait un fond de vérité non ?

Mais cette petite voix, qui ne cessait de te dire qu’il mentait, revenait toujours, cette même petite voix qui te disait que la bouffe pouvait être empoisonnée, ou qu’on pouvait te suivre. La petite voix de la Rakiel paranoïaque que tu écoutais presque tout le temps. T’avais envie de te lever et de lui dire d’arrêter de mentir, de lui dire “je viens de te dire que j’acceptais de nous donner du temps, t’as pas capter ducon ?”

Mais l’esprit est complexe, surtout le tient Rakiel. Parce qu’à la seconde où tu ouvris la bouche, un souvenir refis surface. La situation te semblait familière dans un sens, c’était une de ses situations où au lieu de régler le problème pacifiquement, tu laissais ta bouche parler et tu t’enfonçais encore plus dans les problèmes. Tu te souvins alors d’un moment où, avec Suzume à tes côtés, celle-ci avait réglé le problème en collant ses mains sur ta bouche. Elle t’avait par la suite sifflé entre ses dents : tais-toi.


“Tais-toi et écoute.”


Serrant les dents, tu pris ton courage à deux mains et osas planter tes iris dans les siennes. Ta mère te disait souvent que les yeux étaient le reflet de l’âme. Ouai, c’était cliché, mais gamine t’avais assimilé ce fait. Et en grandissant, Suzume avait contribué à te prouver qu’avec un regard, on pouvait tout dire. C’était pour cette raison que tu ne regardais que très peu les gens dans les yeux, ou si tu le faisais, tu t’arrangeais pour ne pas le faire longtemps.

Mais il le fallait bien là Rakiel. Il fallait bien que tu essaies, vraiment cette fois-ci. Pas juste quelques secondes avant de te dire que non, tu te trompais, ni avant d’écouter cette petite voix paranoïaque dans ta tête qui te disait qu’il était comme eux.

Il fallait peut-être que t’écoutes la voix de Suzume maintenant.


“Qu’est-ce que tu perds à essayer ? Donne-lui sa chance.”


En d’autres termes Rakiel, tu étais tiraillée. T’avais le cul entre deux chaises : essayer vraiment, ou abandonner. Collant ton dos à la banquette, tu laissas échapper un rire en passant ta main sur ton visage.


“Vous allez me rendre dingue tous les deux” dis-tu alors soupirant


Tu pris alors ton milk-shake et le posa devant Amrish, un léger sourire aux lèvres. T’allais essayer Rakiel, t’allais vraiment essayer cette fois-ci.


“Mange tranquillement et goûte ça”, dis-tu en le regardant avec malice, “Je te montrerai ce qu’est un vrai milk-shake quand on ira aux US.”


Ouai, c’était une tentative comme une autre de lui montrer que tu voulais essayer. Et puis… Il y avait aussi sa question. Qu’est-ce que t’aimerais faire en particulier ?


“On peut rester, le temps qu’on finisse tranquillement et ensuite faire un truc que t’aimes.” Proposas-tu alors, “ On a fait un truc qui me plais, autant faire quelque chose que t’aimes aussi.”


Tu pris alors ta bière et en bu quelques gorgée avant de sourire à Amrish.


“Je sais pas ce que le connard de ma vie aime faire, mise à part la randonnée, faut peut-être que je m’y intéresse un peu non ? Enfin, si tu veux bien entendu, comme on a toute la journée.”
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

Le milk-shake posé devant lui, Amrish est interloqué un moment. Est-ce qu’elle veut qu’il goûte avant qu’elle en consomme ou quoi ? Mais non, bien sûr que non. Puisque depuis tout à l’heure elle l’ingurgite sans se soucier un instant s’il est ou non empoisonné. Qu’est-ce qui se passe ? Est-ce que sa paranoïa s’est dissipée ? Amrish la jauge avec un grand intérêt.

Tiens ça t’est passé ton envie de piocher dans mon plat on dirait. Tu ne m’as pas demandé de goûter ton milk-shake avant de le consommer.


Et comme le jeune homme n’est pas contre l’idée de se rafraichir avec une boisson sucrée et fraiche, ses lèvres pincent la paille et il avale une à deux gorgées, puis repose ses mirettes sur elle.

Moi je trouve ça passable. Mais en parlant des Etats-Unis, va falloir prévoir la réservation de nos places, ainsi que de l’hôtel. Sauf si tu préfères dormir chez Wiggings ?


Tous les deux adossés au dossier du canapé, Amrish étire sobrement ses lèvres un air pensif illustrant ses traits.

Avec les potes, on aime bien jouer au tennis. A cette heure le centre sportif peut être encore ouvert. On peut rentrer à l’appartement, récupérer nos affaires de sport et s’y rendre ? Qu’est-ce que tu en penses ? Tu sais jouer au moins?


Comme convenu, le couple termine leur petit moment de détente et de repas au snack. Amrish règle la note et c’est à pied qu’ils marchent vers leur immeuble. De quoi s’accorder une promenade digestive. A l’appartement Amrish se souvient que Rakiel n’a pratiquement rien mangé. Voir pas du tout à part ce milk-shake. Ce n’est pas qu’il se soucie trop de son bien-être ou de sa santé. Elle est suffisamment grande pour savoir ce qu’elle peut ou non adopter comme attitude ou mode de vie pour rester en vie. Néanmoins il faut bien reconnaître qu’il ne peut s’empêcher de se dire qu’avec l’activité sportive qu’ils ont décidé de tester tous les deux, elle va rapidement tomber dans les vapes s’il ne prévoit bien pour la rebooster.

Dis-moi Rakiel, il y a une petite plage privée derrière le centre sportif. C’est ami qui s’occupe de la surveillance et du nettoyage. Si tu es d’accord on peut piquer une tête et pique-niquer aussi ? Si tu dois découvrir ce que le connard de ta vie aime, alors autant y aller franco tu ne crois pas ?


Il ouvre le frigo et énumère ce qu’ils ont à l’intérieur mentalement.

On ne peut pas emporter notre commande de midi. Ça sera froid au moment de bouffer. Mais on peut se faire des sandwichs, quelques fromages et fruits avec une bonne bouteille de bordeaux. Qu’est-ce que tu en dis ?


Le jeune homme est prêt. Prêt à multiplier les efforts pour que la tension entre eux s’apaise. Qu’elle ait amorcé un pas dans sa direction pour qu’ils se redonnent une nouvelle chance le ravit. Il ne supporte pas l’idée qu’elle soit mal à l’aise en sa présence. Dans sa réflexion, son téléphone sonne subitement.

Une minute, c’est l’agence de décoration d’intérieur.


Amrish décroche et à l’autre bout du fil l’agence de décoration d’intérieur qu’il a appelée en matinée. Il lui est demandé de prendre des photos de l’appartement pour qu’ils puissent donner une estimation du coût pour remettre l’appartement à neuf. Faut dire que les fenêtres sont brisées et donc niveau chaleur ça ne sera pas ça du tout en soirée. Peut-être qu’il vaut mieux qu’ils prennent une chambre d’hôtel pour cette nuit ? Pense-t-il en filmant toutes les pièces de l’appartement. Quand il rejoint Rakiel dans la chambre, il l’interroge à ce propos.

Est-ce que tu te sens de dormir ici ? Ou tu préfères qu’on reste d’abord à l’hôtel pour cette nuit ? Je pense que nous aurons le devis dès demain. Mais l’appartement restera ainsi aujourd’hui. Je peux bloquer les fenêtres avec des planches, mais je n’ai pas le matériel. Le plus simple serait de réserver une chambre tout de suite. Sauf si ça te pose un problème ?


Oui Amrish marche un peu sur des œufs avec elle là. Il veut bien faire. Prouver qu’elle peut avoir confiance en lui et qu’il est un homme responsable qui compte bien la respecter et prendre en compte ses opinions. Ce n’est donc pas du tout le moment de décider pour eux. Elle doit participer aussi, sinon elle pourrait en prendre ombrage.
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Amrish avait raison, mais qu’est-ce qu’il te prenait de boire sans lui demander de le faire avant toi ? Aurais-tu changé à ce point Rakiel ? Tu pouffas légèrement de rire face à sa remarque. Il y avait deux raisons au fait que tu ne lui avais pas demandé.

La première était que ton cerveau mal formé était moins sujet à la paranoïa en présence de produits américains. Aussi bête que cela pouvait paraître, tu étais plus enclin à manger sans soucis ce genre de choses. Tu faisais moins attention dans les fast-foods. Ou du moins, tu essayais de réfléchir le moins possible à un éventuel empoisonnement.


“C’est con, mais j’ai moins de réticence avec les mets américains.”


La seconde était plus ou moins bête aussi. Tu n’avais pas confiance en lui, lui aussi, et tu ne voyais pas pourquoi il t’aurait aidé. Donc tu ne lui avais pas demandé. De plus, que t’avais pas forcément envie qu'il se rapproche de toi. Mais tu te gardas bien de lui dire. Vous étiez en train de prendre un nouveau départ, il était inutile de remettre de l’huile sur le feu.


“T’en fais pas pour ça, je prendrais mes propres repas maintenant, les sandwiches et paquets de nouilles sont suffisants et bien hermétiques donc pas de risque. Et puis ça fait chier beaucoup de monde que je pique dans leurs plats alors c’est mieux comme ça.” Dis-tu en haussant les épaules


Tu ne pus cette fois-ci t’empêcher de rire face à votre voyage aux États-Unis. Il n’avait pas vu les billets et quand bien même, il était hors de question de dormir chez Wiggings. Non seulement parce qu’elle n’avait pas assez de place chez elle d’après tes souvenirs, mais aussi parce que… Parce que dormir chez elle signifierait supporter son romantisme et la très haute probabilité d’un sentiment de gêne et de honte pour toi.


“Wiggings a envoyé deux billets, faudra juste acheter les billets retour.” Expliquas-tu, “Quant au logement, un hôtel est préférable. Je réserverai une chambre.”


Tu regardas alors Amrish réfléchir à ta proposition. Du tennis… Bon, tu n’en avais jamais fait, mais il n’y avait pas d’âge pour apprendre, et puis ça ne te dérangeait pas.


“J’en ai jamais fait, mais ça me va, le tennis.” Dis-tu en hochant la tête


T’allais te faire laminer en beauté, mais ce n’était pas ça qui allait t’arrêter dans ta tentative de faire un pas vers lui. Le chemin du retour à l’appartement se fit dans le calme, tu n’avais pas tant de choses à dire que ça, tu ne voyais pas ce que tu pouvais lui dire en réalité sauf des questions basiques.


“Depuis combien de temps, tu fais du tennis ? Tu as déjà fait des compétitions ?”


C’étaient les seules questions basiques qui te venaient en tête. Des questions basiques pour apprendre à le connaître. Et en entrant dans l’appartement, tu revis le carnage d’Amrish.

Tu pris alors le carton de Wiggings et le mis dans ton studio, piochant quelques paquets de gâteau, dont un que tu ouvris. T’allais sûrement faire un malaise avec le tennis, ce n'était pas le bon repas, certes, et ça ne serrait qu’un petit répit pour ton organique, mais t’avais pas faim. Alors tu te forças à manger tout le paquet de biscuits avant de te diriger vers votre chambre pour prendre tes affaires de sport.

Cependant, tu t’arrêtas pour regarder Amrish te proposer une autre activité. Après tout, vous aviez le temps, donc ce n’était pas une si mauvaise idée d’aller à la plage et de pique-niquer.


“Ça va pas de soucis, on y va franco alors” dis-tu en souriant doucement, “Prépare-toi des sandwichs, j’achèterai pour moi t’en fais pas”


T’étais pas prête à manger des choses qu’il avait lui-même préparées. Tu voyais qu’il faisait des efforts de son côté, mais ça, ce n'était pas possible pour toi. Tu espérais qu’il ne t’en veuille pas sur ce point-là.

Dans la chambre, tu commenças à préparer alors ton sac, laissant Amrish au téléphone avec l’agence de décoration d’intérieur jusqu’à ce qu’il te rejoigne pour te demander ton avis sur cette nuit. Tu n’aimais pas qu’il y ait des inconnus chez toi, mais tu devais admettre qu’un peu d’aide n’était pas de refus. Tu réfléchis quelques secondes avant d’aller vers ton studio.


“Oui, il vaut mieux.”


Tu fermas ton studio à clé et vérifias pour toi-même que les verrous que tu avais posé étaient toujours fonctionnels. Il était hors de question que les ouvriers posent un pied dedans.


“Si tu as des objets de valeurs ou des choses que tu veux protéger, je peux les mettre dans mon studio.” Proposas-tu alors, “ mets-les devant la porte et je m’occuperai de les mettre dedans.”


Ton studio avait été la seule pièce épargnée dans la furie du jeune homme. T’avais dépassé les bornes avec lui la veille, il aurait eu toutes les raisons de défoncer la porte et de tout détruire ; mais il ne l’avait pas fait. Ce constat te rappela que malgré votre début chaotique dans la vie maritale, Amrish t’avais écouté, il avait compris ce que ça représentait pour toi.


“Merci… D’avoir respecté ça” dis-tu gênée, “Pose les affaires que tu ne veux pas qu’on touche, j'vais finir mon sac.”


Et tu repartis, marchant rapidement vers la chambre. Remarque, quand tu prenais enfin conscience que la personne la plus difficile dans ce mariage, ce n’était pas lui, mais toi, il était normal de rougir de gêne.

Te changeant pour une tenue de sport, tu pris soin de mettre des affaires pour la plage ainsi que des affaires de rechanges dans ton sac, sans oublier ton ordinateur pour travailler. À défaut de pouvoir jouer du piano ou d’un autre instrument, tu aurais ton ordinateur pour composer un peu.


"Je suis prête" dis-tu avant de déverrouiller ton studio sans pour autant ouvrir la porte, "Je peux prendre tes affaires pour les mettre en sécurité ?"
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

J’ai déjà fait des compétitions oui. Mais pas de tennis. Plutôt de boxe. Le tennis c’est juste un plaisir qu’on partage entre amis. Ça fait déjà quelques années qu’on le pratique tous ensemble. Enfin pas tous. Alaroh ce n’est pas trop son truc. Ne t’en fais pas je ne suis pas un professionnel qui va te défoncer sur le terrain. Ça pourrait être tentant, mais on va éviter.


Souriant, le couple retrouve leur appartement et Amrish ne dissimule pas sa grimace en voyant le bordel qu’il a foutu. Mais la priorité est de préparer les sandwichs et surtout ne pas oublier le fromage. Avec du vin c’est un délice. Amrish se fait un bon petit panier qu’il laissera dans le coffre de sa voiture. Quand Rakiel propose de mettre ses objets de valeur dans son studio, le jeune homme ne veut pas lui dire que tout ce qui a de la valeur pour lui se trouve dans un coffre à la banque. C’est le meilleur moyen de s’assurer qu’on n’y touche pas sans son accord. Le reste est remplaçable pour lui. C’est pourquoi il ne dépose rien devant la porte de son studio. Ce n’est que du matériel après tout. Enfin il verrouille tout de même la porte de son bureau, mais son ordinateur y reste. Il fait toujours une copie de son travail à la maison qu’il dépose au bureau. Donc même si son ordinateur disparait, il pourra retrouver toutes ses données au travail. Il ne prend en conséquence aucun risque en laissant ses affaires de travail dans son bureau. D’autant qu’il ne ramène jamais d’armes à l’appartement, de ce côté tout est clean pour lui. Il peut partir en paix.

Cependant il apprécie son remerciement pour n’avoir pas éventré la porte de son studio et foutu le bordel comme le reste de l’appartement. C’est un peu paradoxal des remerciements pour ce qu’il a fait ou pas fait. Mais bon il prend quand même. C’est important aussi qu’elle puisse se rendre compte qu’il écoute ce qu’elle dit la plupart du temps et qu’il n’est pas que là pour lui gâcher la vie. En orientant ses pas vers la chambre, il réserve aussi une chambre pour ce soir. A son tour il se change pour une tenue de sport et prévoit également une tenue de rechange en plus de son maillot. Il n’oublie pas de prendre sa raquette, il en faudra une pour Rakiel, mais ça ils peuvent se l’approprier au centre sportif. Il prend aussi de quoi nager et n’oublie pas son panier repas. Prêt à partir, Rakiel en revient à sa proposition de garder ses affaires dans son antre, Amrish en sourit.

J’ai mon bureau pour mes affaires ne t’en fais. Je l’ai verrouillé. Mais je dois t’avouer que ce n’est pas à l’appartement que je conserve mes biens de valeurs. Tu sais ces trucs de gosse de riche que tu détestes tant.


C’est sur un ton railleur qu’il balance cette information en se dirigeant vers la sortie. Ils ne tardent pas à se retrouver dans la voiture. Le centre sportif n’est pas loin. Un peu en retrait du centre-ville, il leur faut à peine une vingtaine de minutes pour s’y rendre. Quelques voitures sont garées sur le parking. Des passants font des va et viens. Certains partent, d’autres arrivent.

J’espère que tu n’as pas oublié ta pièce d’identité ? Il te faut louer une raquette.


Le duo se présente à l’accueil, le bâtiment a une forme cylindrique avec des murs en verres renforcés dont il est aisé de voir ce que tous les adhérents font. On peut voir la salle de sport à gauche qui est adjacente à une piscine chauffante, elle-même adjacente à un sauna. C’est en regardant à droite qu’on peut admirer les terrains de foot, de basket, de baseball et à proximité du terrain de baseball, celui du tennis.

« Bonjour Monsieur Ramanov, Madame. Quel plaisir de vous revoir. Vous n’êtes pas avec vos amis aujourd’hui ? » Interroge un homme au sourire commercial.

Amrish dépose sa raquette dans sa housse sur le comptoir et adopte la même attitude dégagée de son interlocuteur.

Bonjour. Et non pas aujourd’hui. Je vais donner quelques cours à une amie. Avez-vous encore des raquettes à louer ?


« Bien évidemment Monsieur Ramanov. Une pièce d’identité je vous prie Madame. »

Comme exigé par la jeune femme, il n’a pas souhaité la présenter comme son épouse. Il ne veut pas une nouvelle crise. Aussi le nom de Rakiel enregistré et la raquette remise, c’est dans une même cadence qu’ils se rapprochent du terrain de tennis. C’est un terrain de 23,77 mètres de longueur et 8,23 mètre de largeur, divisé en son centre par un filet suspendu à un câble dont les extrémités sont fixées à deux poteaux. Mais Amrish dépasse le terrain pour entrer dans un petit enclos qui abrite une machine de lance-balles. Il doit d’abord s’assurer que Rakiel saura recevoir les balles avant de se lancer avec elle.

En général lorsqu’on vient ici, on essaie de jouer en jeu en double. C'est-à-dire quatre joueurs sur le terrain. Mais aujourd’hui nous allons jouer en jeu simple. Juste nous deux. Je dois m’assurer que tu maitrises les différentes frappes du tennis avant. Avec cette machine pour te tester nous serons rapidement fixés.


Il dépose son sac sur un des bancs pour se rapprocher de la machine et la charge d’une dizaine de balle de tennis. Il actionne le minuteur et munit de sa raquette, il se positionne pour recevoir les balles. Il a réglé la vitesse de telle sorte que Rakiel pourra facilement observer ses gestes.

Alors tu peux commencer par un coup droit et un coup revers. Comme ceci.


La balle projetée, c’est le bras ouvert du côté de la main qui tient la raquette qu’il reçoit la balle et l’envoie contre le grillage. La seconde balle est propulsée à son tour, et c’est du côté opposé qu’il se lance en tenant sa raquette dans le sens contraire.

Si la pression est trop forte pour toi avec le coup revers, tu peux tenir ta raquette à deux mains.


Amrish recommence la démonstration avec les balles restantes. Alternant entre coup droit et coup revers. C’est un bon échauffement avant de passer aux choses sérieuses. C’est en terminant avec un coup revers à deux mains qu’il porte son attention sur Rakiel.

Je ramasse les balles et c’est à ton tour. J’ai réglé la vitesse de telle sorte que la puissance de frappe ne sera pas handicapante pour toi. Mais quand tu te sentiras suffisamment à l’aise, on augmentera un peu la vitesse.
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
La boxe semblait plus sied à Amrish, tu le voyais parfaitement concourir avec son physique et son métier. Un petit sourire orna tes lèvres à sa petite remarque. Oh nul doute qu’il pouvait te laminer, n’en n’ayant jamais fait.

Tu fus un peu surprise à l’appartement de ne pas voir des affaires d’Amrish. Bon après tout, il avait aussi son bureau, donc il pouvait faire ce qu’il voulait. Il ne fonctionnait pas comme toi, donc tu pouvais comprendre qu’il n’ait pas d’affaire. Tu étais encore en train d’apprivoiser Amrish, donc tu ne répondis pas à sa petite blague. Tu n'avais pas envie de dire quelque chose qui ferait tout capoter. Tu te permis juste de lever les yeux au ciel et de soupirer en souriant.

Vingt minutes plus tard, vous étiez arrivé au centre sportif. Tu n’étais trop à l'aise pour être honnête, t’aimais pas donner ton identité à de parfaits inconnus. C’était pour cette raison que tu n’allais que très peu dans des centres sportifs. Et en vérité, que tu ne faisais pas trop de sport non plus. Bon, il y avait toujours les bagarres de bars, là, tu faisais ton sport et quand tu frappais ton meilleur ami. Là, tu en faisais du sport, ou bien dans des endroits publics ne nécessitant pas de donner ton identité.

La Rakiel paranoïaque faisait bien son boulot. Tu sais ce qu’elle faisait aussi ? Elle te posait plein de questions sans queue ni tête, toute plus farfelues les unes que les autres. Même ce pauvre homme au guichet qui n’en avait strictement rien à faire de toi passait à la casserole.


“Et s’il connaissait ton géniteur ou ta belle-mère ? Et s’ils venaient ici souvent ? Et si quelqu’un voyait que tu avais été là ? Et si… Et si… Et si…”


Bordel Rakiel, il fallait que tu la stoppes cette petite voix. Il fallait que t’arrêtes là. Tu ne cessais de regarder à travers les fenêtres si tu ne reconnaissais pas quelqu'un. Ta belle-mère ? Ton géniteur ? Des ami(e)s à eux ? Des gens qui te regarderait bizarrement reconnaissant les yeux de ton géniteur. Heureusement que tu avais ton masque, c’était une petite barrière qui te rassurait. Inutile peut-être. Tu te posais trop de questions sûrement, il fallait que t’écoutes Amrish : profiter du moment sans se poser de question.
Amrish te présenta comme une amie, ce qui t’enleva un poids face à la paranoïa qui s’était déjà bien installé : c’était parfait. Une protection supplémentaire.

Tu suivis Amrish et haussas un sourcil lorsque vous dépassâtes le terrain : il ne voulait pas jouer au tennis ? Tu eus ta réponse immédiatement, il voulait évaluer ton niveau. Ce n’était pas une mauvaise idée du tout. Tu écoutas attentivement ses directives, il le fallait bien pour comprendre comment jouer. Tu observas les mouvements de la raquette, lorgnant sur les muscles d’Amrish se contractant par l'effort. Ouai on pouvait dire que tu matais bien Amrish par la même occasion, remarque, c’était normal.


“Je pense que j’ai compris les bases” dis-tu en t’avançant une fois qu’Amrish t’ai laissé la place.


Enlevant ton masque, tu te concentras sur la machine et tapas la balle en coup droit d’abord avant de taper à revers. Tu étais resté concentré sur ton jeu. Tu maîtrisais assez bien le coup droit, mais les revers, tu avais un peu plus de mal. En somme, le résultat était passable. Tu manquas quelques balles, mais le choc de la balle contre toi était supportable, donc tu ne t’embarrassas pas vraiment de la légère douleur de recevoir une balle de tennis.


“Tu peux augmenter la vitesse, je vais y arriver” dis-tu alors confiante


Ouai, il le fallait bien, tu te sentais à l’aise, suffisamment sur les coups droits pour changer de niveau. Cette fois-ci, tu maîtrisais beaucoup mieux le coup droit, le revers aussi. C’est pour ça qu’à la fin, tu te tournas vers lui.


“Je pense que c’est bon là, non ? On se fait un match ?” Proposas-tu un léger sourire aux lèvres, “Et t’as pas intérêt à me ménager, même si chui une merde, c’est clair Ramanov ?”
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

Ce n’est pas évident de fonctionner avec Rakiel dans un lieu public. On a toujours l’impression qu’elle va bondir sur la personne qui oserait percer sa bulle de confort. C’est pourquoi le jeune homme garde toujours un œil averti sur elle quand ils sont en face d’un inconnu. On ne sait jamais si une gifle se perd en route ou un coup de poing. Mais présentement le véritable souci est d’enseigner une technique à une personne qu’il ne peut pas toucher. Il voit bien qu’elle a quelques difficultés avec le coup revers. Certainement que c’est dû à son pied d’appui et à la rapidité avec laquelle elle réceptionne la balle. Bon il risque certainement de se prendre une claque, mais autant lui expliquer ce qui cloche. Alors quand elle demande d’augmenter la vitesse, lui lève la main.

Une minute Rakiel. Tu as du mal avec ton coup revers parce que tes pas d’appui ne sont pas assez aériens. Ce qui t’entrave en cas de déplacement. Laisse-moi te montrer.


Il passe doucement derrière elle et pose les mains sur ses hanches avant de reprendre son explication.

Lorsque tu frappes un coup droit, ton pas d’appui doit être suffisamment léger pour te permettre une semi rotation des hanches pour aller réceptionner la balle suivante en un coup revers. Est-ce que je suis assez précis ? Bon on reprend. Je vais augmenter la vitesse comme tu le désires, mais tu suis bien mes conseils Princesse.


La deuxième série de balle se passe mieux que la précédente. Rakiel arrive à associer ses jeux de jambes avec légèreté et c’est avec brio qu’elle envoie les balles contre le grillage. Amrish estime alors qu’elle peut se débrouiller sur un terrain de tennis quand elle souhaite passer au match. Il en rit même à sa supplique de ne pas la ménager.

A vos ordres chef. Je vais t’écraser comme une crêpe. En piste !


Le sourire au coin des lèvres, Amrish ramasse les balles pour les ranger dans une corbeille, puis sort de l’enclos pour se diriger avec sa partenaire de jeu vers le terrain de tennis. Le filet s’élève sur 0.914 mètres. Amrish édifie la jeune femme sur les règles du tennis.

Alors un match de tennis se joue sur deux sets. Un set correspond à six jeux, sauf s’il y a égalité, dans ce cas on passe à sept jeux ou à un jeu décisif si cela persiste. Un jeu se compose de quatre points. Si tu marques un premier point, tu as 15 A. Le A veut dire avantage pour toi. Si tu as deux points 30 A, trois points 40 A et si tu as le quatrième point c’est jeu. C’est que tu as remporté le premier jeu. A présent parlons du choix du côté du filet. Nous avons le choix entre être serveur, c'est-à-dire celui qui frappe dans la balle pour débuter le match. Le serveur a droit à deux balles, et le relanceur, c'est-à-dire celui qui renvoie la balle par un coup droit ou revers. Généralement c’est par tirage au sort qu’on détermine qui est le serveur et qui est le relanceur. Après la fin d’un jeu, on change de côté. C'est-à-dire que le serveur devient relanceur, et vice-versa.


Il désigne le filet, puis les limites du terrain.

La balle ne doit pas sortir des limites du terrain, ni toucher le filet. Sinon c’est une faute et il faut resservir. Bon je pense que tu as toutes les règles. Nous pouvons commencer par le tirage au sort.


Le brun regarde autour de lui à la recherche d’objets qui peuvent servir pour leur tirage au sort. Il aperçoit quelques bouts du filet au sol et dépose sa raquette pour en prendre deux. Il place ses mains derrière le dos et enroule un bout de ficelle dans l’une des mains.

Si tu choisis celle en boule, tu sers. Si c’est celle tendue, je sers. Okay Madame ?


Sourire canaille illuminant son visage, le match est lancé après le tirage au sort. La balle rebondie puis est lancée à la volée dans l’air pour être projetée avec force vers l’adversaire. Mais la balle touche le filet. C’est un service let, donc y a faute. Reste encore à savoir qui est le serveur ?
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
BON.

Comment faire ? Comment réagir ? QUOI FAIRE PUTAIN ?! T’avais quelques problèmes avec le coup revers, c’était principalement à cause de ça que tu t’étais prise plusieurs balles dans le corps. Donc en soit, cela était logique qu’Amrish le remarque et veuille t’aider. Au début, tu pensais qu’il allait simplement te montrer le mouvement. Tu allais simplement l’observer sans soucis et avec assiduité. Mais tu t’attendais pas à ce qu’il pose ses mains sur toi. Instinctivement, tu eus un mouvement de recul.

Deux Rakiel se battaient présentement en toi : la première qui voulait lui enfoncer ton poing dans sa gueule d’ange et possiblement le rendre stérile, le tout en hurlant comme une sauvagesse. La seconde, quant à elle, était plus calme. Plus logique et terre-à-terre. Comment pouvait-il te faire progresser s’il ne pouvait pas te toucher pour modifier ton jeu de jambes ? Et puis ce n’était que quelques secondes, il n’allait pas te balancer contre le grillage ou te tenir contre lui indéfiniment. De plus que cette seconde Rakiel, elle était habile. Elle te disait que si tu laissais tes émotions te guider, t’allais tout foutre en l’air et votre discussion de ce midi allait encore se solder par un échec cuisant.

Donc il ne te restait qu’une chose à faire : montrer les crocs ou serrer les dents.

En définitive, tu serras les dents et ta raquette par la même occasion. Tu évitas aussi de le regarder, car tu savais pertinemment que ton regard allait le tuer sur place et laisser transparaître ton envie de lui faire bouffer le sol. Ce n’était l’affaire que de quelques secondes, pas plus, pas moins. Le temps qu’il rectifie ta posture, rien de plus Rakiel.

T’avais tenté de suivre ses explications, il fallait juste que tu sois moins crispé, plus souple pour te permettre une rotation plus homogène.



“C’est bon, j’ai compris” dis-tu en t’éloignant de lui


Tu étais un peu froide, tu devais l’avouer. Et tu t’étais écarté rapidement aussi, mais au moins, t’avais écouter et surtout, surtout ! T’avais pas tout foiré. L’échauffement te permit d’oublier un peu ce moment désagréable. Tu sortis un sourire presque hautain à la réplique d’Amrish, t’avais fermé ta bouche à chacune de ses petites railleries, pas assez à l’aise pour savoir si tu n'allais pas le vexer ou autre. Il était temps de passer à l’action Rakiel.


“Enfin tu comprends, moi qui pensais que tu étais trop buté pour reconnaître ton chef” dis-tu en riant légèrement, “On verra qui sera la crêpe !”


Autant dire que t’allais sûrement perdre. Une néophyte face à un habitué, le résultat était vite décidés. Mais cela ne t’empêcherait pas de tout faire pour gagner ou du moins, marquer un point. Ou un set ? Non un jeu ? Tu ne compris pas trop le système de points sur le moment. 15, 30, 40, A ? Pourquoi faire simple quand on pouvait faire compliquer hein ? T’avais compris un peu les règles, les bases en tout cas. Ne pas faire sortir la balle, ni la faire toucher le filet, inverser de place et de statut serveur-relanceur. Amrish se contenterait de comptabiliser les points, c'était trop compliqué pour ton petit cerveau. T’avais simplement compris qu’il y avait 4 points par set, ou jeu ? Bref 4 points par manche. C’était ça que tu retenais.

Mais pour commencer, il fallait décider qui allait être le serveur. Tu regardais Amrish et son sourire espiègle, tu lui rendis le même avant de faire semblant de réfléchir. Parce qu’importe au final, vous vous y colleriez tous les deux à un moment de la partie. C’est toi qui piochas la ficelle enroulée, donc tu allais commencer par être serveuse.

Tu pris alors une balle et la regarda quelques secondes avant de servir. Qui se solda par un échec, il faut le dire. Mais tu ne t’en préoccupas pas, préférant de loin reprendre la balle et retenter ta chance. Qui se solda encore une fois par un échec cette fois-ci bien plus cuisant puisque tu ne touchas même pas la balle avec ta raquette. Tu regardas dépiter la balle, l’insultant de tous les noms dans ta tête avant de la reprendre et de retenter. Mais encore une fois, jamais deux sans trois comme on disait, la balle atterrit sur le filet. Un peu plus haut que la première fois soit dit en passant.


“Je crois avoir compris maintenant” dis-tu en regardant le filet avec attention.


T’allais y arriver, ouai tu sentais que cette fois-ci, c’était la bonne. Après trois échecs, tu allais le réussir ce service ! Et tu réussis !


“Yes !” T’exclamas-tu en serrant le poing, “j’ai réussi !”


Tu étais contente Rakiel, tu souriais avec fierté. Mais t’avais pas oublié un truc par hasard ? Le but du tennis, ce n'était pas de se renvoyer la balle ? Ton sourire disparut aussitôt quand tu vis la balle revenir vers toi et toucher le sol entre les lignes.

Tu tiras une grimace de surprise, un subtil mélange entre le dépit et la frustration. T’avais zappé que le service n’était que le début du jeu.


“NO WAY !” T’exclamas-tu, “Fuck…”


Tu regardas alors la balle avant de fixer Amrish avec détermination. L’euphorie du moment était passée, t'allais jouer sérieusement maintenant. Enfin, t’allais plus te faire avoir par toi-même en tout cas.


“Vas-y fout-toi de ma gueule si tu veux Ramanov, mais je vais plus me faire avoir maintenant, j’espère que t’es prêt.”


Tu allais compter sur ton petit entraînement, mais surtout sur la chance du débutant.
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

La voir rire avec autant de spontanéité et répondre à ses taquineries atténue un peu la culpabilité qu’il avait la veille. Il est encore possible qu’ils échangent des moments de légèreté et ça c’est réellement un pas vers la réconciliation pour le jeune homme. Même si elle ne désire plus qu’il la touche, il y a cet effort subtil qu’elle pose dans chacune de ses actions et qui dénote de son envie de collaborer bien qu’elle soit encore affectée par sa trahison. C’est un bon signe, un très bon signe. Faudra juste s’accorder du temps, beaucoup de temps.

C’est Rakiel qui tire le graal qui lui octroie le droit de servir la première et donc de marquer un point si elle se débrouille bien. Mais comme toutes les premières fois où on est novice, des ratés sont à prévoir. C’est justement par deux tirs manqués que la jeune femme s’illustre. Autant dire que le brun ne se retient pas pour en rire franchement, sans se soucier si ça peut vexer ou pas sa partenaire de jeu. Après quelques tentatives déplorables, Rakiel finit par faire passer la balle par-dessus le filet en exécutant un amortie. Bien sûr Amrish se doute qu’elle n’a même pas conscience qu’elle vient d’exécuter une feinte pour mettre à mal la garde de son adversaire, mais Amrish n’y pense pas trop, il se déploie sur le terrain et avec habilité réceptionne la balle qu’il envoie direct du côté de Rakiel.

Et un 15 ! Avantage pour moi. La partie a commencé Princesse. Sors les crocs.


Les commissures étirées largement dans un sourire railleur. Lui aussi se tient près à recevoir son nouveau service.

Je suis prêt ma jolie ! Montre ce que tu as dans le ventre !


Le regard brillant de l’esprit de compétition, ses jambes écartées pour être prêt à réagir rapidement dès le lancée de balle ? Amrish tape doucement la raquette sur l’autre paume, fixant la balle que tient Rakiel pour ne pas la perdre de vue. Même lorsqu’elle sert, ses iris glacés ne lâchent pas la balle et c’est d’un coup revers qu’il la réceptionne et la renvoie illico de l’autre côté du filet. Mais cette fois la balle est renvoyée et il doit bondir presque pour empêcher la balle de tomber au sol. Mais il n’est pas assez réactif puisque la balle tombe sur le côté et c’est un point pour Rakiel.

Bien joué Petite. 15-15.


Il ramasse la balle sur le terrain et la renvoie à Rakiel pour un autre service. Sa posture est impeccable et son désir de gagner comme une débutante monte d’un cran. Le regard rieur, il passe son pouce sur toute la longueur de son cou pour indiquer à Rakiel qui va l’achever. Et la partie reprend. Rakiel prend ses marques et les balles volent d’un côté à l’autre avec frénésie. Amrish ne retient plus ses coups. Le plaisir est bien présent et Rakiel se révèle une adversaire particulièrement douée. Même si Amrish a suffisamment d’expérience pour multiplier les feintes. C’est pourquoi au dernier coup droit porté sur la balle, il n’y met qu’une faible pression en ayant bien pris soin de se rapprocher du filet. Résultat la balle tombe juste derrière le filet et c’est le point.

30A. Faut te réveiller ma petite bichette.


Un clin d’œil en se repositionnant pour accentuer ses gentilles railleries et les sobriquets tous plus ridicules à l’attention de Rakiel pour qu’elle perde son sang-froid, un sourire canaille est de nouveau flanqué sur le visage. Et la partie reprend ! Quand ils terminent le premier jeu, naturellement Amrish a l’avantage sur Rakiel, mais il sait qu’à la moindre erreur la situation peut s’inverser. Il est temps pour lui de servir. Et avec son expérience il est clair que ses services seront précis. Sauf s’il décide de l’épargner. Il verra bien.

Petite pause Rakiel. Il faut s’hydrater pour éviter les crampes.


Le jeune homme se dirige vers son sac et en sort sa bouteille d’eau. Il la vide presque en quelques gorgées, puis se tourne vers Rakiel.

Tu es sacrément douée pour une débutante. Chapeau. Si tu t’entraines souvent, il est fort à parier que tu me battras sans problème. Mais je ne compte pas te mâcher le travail. Avec mes services semblables à des missiles, tu vas voir rouge. Je te préviens direct, tu vas en baver.


Il se vante un peu. Il ment même sur la puissance de ses services. Le but est de déstabiliser l’adversaire pour que Rakiel stresse tellement qu’elle manque les balles. Enfin rien n’est encore joué. Connaissant Rakiel, elle est bien capable de lui faire bouffer le terrain.

On y retourne ma petite tigresse ?


Amrish s’éloigne dans un rire moqueur. Il se doute qu’elle doit en avoir marre de ses petits noms. Mais c’est tellement drôle qu’il ne s’en lasse pas.
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Amrish se foutait de ta gueule. Normal, tu aurais fait pareil à sa place. Cependant, ses petits sobriquets ne t’atteignaient pas pour le moment. Tu voyais en ces petits surnoms un moyen de te faire perdre ta concentration. Mais il n’y avait pas que ça, tu voyais qu’il s’amusait lui aussi. Le début chaotique de cette journée commençait à se transformer progressivement. Tu le voyais détendu avec toi et ça te rassurait.


“BOUM ! Dans ton cul Ramanov ! Tu l’as pas vu venir hein ! Elle vient de te passer sous le nez celle-là !” Crias-tu en marquant un point


Amrish te donnait bien des surnoms, tu ne pouvais pas ne pas en faire autant. Ça t’amusait de dire ce genre de surnoms mielleux ou bien de répondre à chacun de ses surnoms en feintant d’être touché.


“Arrête, tu vas me faire rougir mon bichon.”


Tu voyais aussi que, comme toi, Amrish avait un esprit de compétition, ce qui ne faisait qu’augmenter le tient. C’était quelque chose que tu adorais ; lorsque l’adversaire poussait l’autre dans ses retranchements. Une échelle de combativité avec comme seule question : qui irait plus loin que l’autre dans la compétition. Tu appréciais vraiment le côté railleur d’Amrish, ses petites tentatives, son regard pétillant et son sourire malin. Tu avais eu l’occasion de voir cette facette de sa personnalité à quelques reprises, mais ici, ça te semblait différent, plus naturel.

Tu n’allais pas le laisser gagner sans te battre, oh non. Tu étais bien trop dans le jeu pour renoncer sans te battre. Durant le premier jeu, tu ne donnas pas ton maximum, tu étais encore trop hésitante, réfléchissant à tes coups et à tes positions. Mais tu devais avouer que le dernier coup d’Amrish, celui-là tu ne le vis absolument pas venir.


“Le petit fourbe…” Murmuras-tu


Tu ne dis pas non à une petite pause, buvant doucement de l’eau, tu en mis en peu sur ta main avant de mouiller ta nuque pour te rafraîchir. Tu crevais de chaud Rakiel. Mais c’était sans compter sur une énième raillerie d’Amrish.


“Ah Amrish…” Dis-tu d’une voix faussement fatiguée en t’approchant de lui,“Tu sais ce qu’on dit des vantards pas vrai ?”


Plus tu parlais, plus tes doigts tapotaient le buste d’Amrish en remontant vers la naissance de ses clavicules. T’avais dit à Amrish que tu ne voulais pas qu’il te touche, mais t’avais jamais dit que tu ne pouvais pas le toucher de ton côté. Et puis, là, c'était ton esprit de compétition qui parlait, alors ça te faisait oublier tes réticences vis-à-vis de lui.


“Ils ont une grande gueule, mais quand vient le moment de faire ses preuves” sussurras-tu presque en faisant glisser tes doigts vers son nombrils, “ y a plus rien.”


Ouai… C’était une maigre tentative de déstabilisation. Il était trop terre-à-terre pour être sensible à ça. Mais qui ne tentait rien, n’avait rien. Et si ça pouvait troubler son esprit, ne serait-ce qu’une micro seconde, ça t’allait parfaitement.


“Alors je t’attends mon p’ti chou à la crème” finis-tu en tapotant gentiment les abdos du jeune homme avant de repartir sur le terrain.


Tu ne pouvais pas négliger le fait qu’il y avait une part de vérité dans ses propos. Il était beaucoup plus expérimenté, donc ses services seraient beaucoup plus précis que les tient. Mais ce n’était pas une raison pour perdre son sang-froid. Pour perdre tout court en réalité.


“Montre-moi tes fameux missiles, si t’en es capable”


Un sourire carnassier ornant ton visage, tu te tenais prête à recevoir les services du brun. Il va sans dire que, comme Amrish t’avertit lors de la pause, tu en bavas. T’hésitas pas à courir de partout, à te jeter par terre pour renvoyer les balles d’Amrish. Ce n’était pas quelques bleus et quelques écorchures qui allaient t’arrêter. Et à chaque point que tu marquas dans ce deuxième jeu, soit deux (ce qui était un exploit pour toi) tu ne loupas pas de lancer quelques petites remarques à ton adversaire.


“Vraiment Ramanov… C’est plus trop ça, pas vrai ? Je suis presque déçu que mon rayon de soleil chéri soit aussi frêle.”


Tu avais vraiment trop chaud, ton T-shirt te collait à la peau, t'avais les joues rouges dû à l'effort. Il fallait que tu refroidisses là. Tu ne tiendrais pas toute la partie. Alors à la fin du deuxième jeu, tu demandas une pause et enlevas ton T-shirt. T'avais une brassière de sport en dessous, donc clairement, tu ne voyais pas le souci, sachant que vous iriez piquer une tête après, c'était pareil voir plus couvert le bikini que t'avais dans ton sac.


"J'ai trop chaud et attention que ça soit clair, c'est pas une tentative d'exhibitionnisme ok ? La machine doit refroidir pour te laminer Amrish d'amour chéri." Dis-tu en pointant ta raquette vers lui en lui tirant la langue
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
92

Inscrit.e le :
05/11/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?


Nouveau Départ

Rakiel répond favorablement à ses attaques, ce qui est un régal pour Amrish. Ce n’est pas sans peine qu’ils en arrivent à l’aube d’une complicité sincère et ludique. Au fond les humains sont tous des grands enfants. Lorsque vous parvenez à flatter cette corde qui anime les bribes de souvenirs heureux et d’insouciance, vous créez un lien profond qui invite à une amitié basée sur la confiance et la communication sans filtre. C’est à ce lien que le jeune homme aspire. Pas parce qu’il en ressent le besoin viscéral, non il a ses amis pour combler ce manque. Non si Amrish tend fortement vers le désir de tisser ce lien avec Rakiel, c’est avant tout pour que les querelles cessent entre eux, pour qu’elle arrête de le voir comme un ennemi ou un adversaire, mais comme une personne qui sera apte à la réconforter en cas de doute ou de désarroi. Une part de lui ne se pardonne pas de l’avoir trahie, de l’avoir faite pleurer. C’est certainement ce sentiment qui le pousse à l’abnégation quant à la faute commise par Rakiel en évoquant son passif et à consentir à montrer un aspect de sa personnalité qui sera plus enclin à convaincre la jeune femme.

Enfreindre l’interdiction de se toucher pour se montrer aussi entreprenante dans des railleries pleines de sarcasme, Amrish ne pipe mot. Seul un rictus goguenard stylise ses lèvres. Voir sa peau luisante de sueur se rapprocher ainsi de lui a de quoi le troubler légèrement il est vrai. Il n’a jamais caché être faible face à la chair, d’autant que cette chair il l’a déjà goûtée et en a tirée un plaisir indéniable. Toutefois cela n’est pas suffisant pour le déconcentrer. Il en faudrait plus pour que ses pensées ne soient plus focalisées sur la victoire. C’est donc toujours l’esprit vif de conquérant qu’il s’éloigne d’elle pour reprendre la partie.

C’est à lui de servir, alors il se place derrière la ligne du service. Et il use d’une technique qui lui est souvent favorable. Il fait monter le stress chez l’adversaire en faisant rebondir autant que possible la balle, puis un sourire sardonique assombrissant ses traits et mettant en exergue son regard perçant, il lance la balle dans l’air en prenant bien soin de relâcher la pression sur le manche de la raquette le tout dans un petit saut leste qui lui permet par la suite de frapper fortement avec tout l’élan emmagasiné dans son amas de muscles. Le corps en extension, c’est en tenant la raquette tel un marteau que sa puissance s’abat sur la balle qui fonce comme une fusée au-dessus du filet et rebondit trois fois sur le terrain. Les pieds de nouveau sur le terrain, il sourit largement.

15 A ma petite bichette ! Envoie la balle que je te défonce encore une fois.


Malgré ses tirs d’éclair, le match contre Rakiel n’est pas de tout repos. Les cheveux du jeune homme dégoulinent de sueur. Oui elle le fait littéralement suer la petite maline et il adore ça. Son regard se charge d’un brasier d’excitation et son corps impatient d’en découdre de nouveau.

Ne t’en fais mon petit sucre. A la fin de ce match tu me supplieras de t’achever !


Les dents parfaitement blanches d’Amrish scintillent de joie sous le soleil brûlant quand il remporte le second jeu . Le souffle haché, il la suit des yeux et l’observe s’alléger de son t-shirt, exposant ainsi quelques bouts de peau. Le jeune homme en rit fortement à sa mise en garde.

Mouais c’est ça. De toute façon tu peux te transformer en bombe sexuelle si le cœur t’en dit, ça ne m’empêchera pas de me délecter de ta défaite. C’est à toi de servir la belle. Montre-moi comment tu bouges ce joli petit corps.


Il a menti. En vérité sa semi nudité le trouble. Mais il garde les idées claires et l’objectif centré sur la victoire du match. Pourtant il ne saurait comment l’expliquer. Peut-être est-ce dû au fait qu’au moment de servir, ses formes, qui ne sont plus que peu couvertes, se contractent sensuellement dans un ruissellement de sueur. Mais Amrish perd le troisième jeu. Il lui faut se reprendre très vite. A son tour il prend une pause et retire son t-shirt pour verser sur ses cheveux un peu d’eau fraîche. Une serviette pour s’essuyer, il remet son t-shirt et la provoque en lui balançant la balle de la main.

Je te permets de la toucher une dernière fois pour ce tour. Tu n’en auras plus l’occasion Princesse. En piste !
:copyright:️️ 2981 12289 0
Amrish Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
— Just Married —

Messages postés :
86

Inscrit.e le :
08/09/2022


Les plus du perso :
Je suis: anti-Incontestable.
Époux/se : Célibataire.
Autre: Remerciements, big up, infos à savoir ?
Tu ris à la réponse d’Amrish. Tu n'allais pas le laisser “se délecter” de sa victoire, quand bien même le voir sourire aussi naturellement te faisait plaisir. Non vraiment, tu allais tout faire pour ne pas lui donner ce plaisir. Plus il te lançait des choses de ce genre, plus ton esprit de compétitivité prenait de l’ampleur. Allégé d’une couche, tu sentais la différence. L’air qui électrisait ta peau humide, la chaleur disparaissant sous l’effet de ton corps se mouvant pour renvoyer la balle, tu te sentais plus légère.

Cependant, tu fus surprise de gagner le troisième jeu. Vous commenciez à être fatigué certes, mais quand même. Amrish était loin d’être mauvais. Alors pourquoi il avait perdu ce jeu ? Était-ce parce qu’il voulait que tu gagnes ? Ou bien parce que tu étais à moitié dénudée peut-être ?

D’accord, vous étiez des animaux en premier lieu, répondant à des stimuli et des besoins primaires, mais ça te surpris : il lui en fallait si peu au froid et impeccable militaire Amrish Ramoanov pour être un peu chamboulé. Bien évidemment, t’allais pas t’en plaindre plus que ça, t’avais gagné ce jeu, c’était le principal. Même toi, tu n’échappais pas à la règle des besoins primaires.

Et clairement Rakiel, tu en profitas, de tout ton saoul lorsque qu’Amrish enleva son T-shirt quelques secondes. Ah oui, tu ne pouvais pas faire autrement, ton regard était vissé sur le torse luisant d’Amrish, détaillant le plus possible les muscles saillant du brun. Si ce mariage était loin, très loin d’être parfait, t’avais au moins son corps diablement magnifique sous les yeux et à disposition toutes les deux semaines. La balle d’Amrish te lança te permit au moins de redescendre sur terre.


“On verra, en attendant faut que tu te ressaisisses, t’as complétement bavé devant moi au dernier jeu.”Dis-tu en lui lançant la balle, “Je sais que chui pas mal, mais quand même te faire perdre pied à ce point-là, c’est pas le connard que je connais.”


Ouai tu jouais un peu. Tu ne savais pas vraiment pourquoi il avait ralenti la cadence. Mais la tentative de déstabilisation oblige, il fallait que ça puisse continuer !


“Franchement, tu devrais être arrêté, tu le sais ça ? C’est pas autorisé d’être aussi beau avec ou sans vêtement.”


Compliment pour compliment. Est-ce que t’avais déjà fait un compliment sur le physique d’Amrish d’ailleurs ? Putain, tu ne savais pas, tu savais plus. Il était probable que non, tu ne lui en ai jamais fait. Mais si ça pouvait te servir de lui balancer ce compliment à la figure.

Le jeu reprit, et malheureusement pour toi, tu perdis les deux autres jeux. Bon, tu ne te fis pas laminer, c’est sûr, mais Amrish gagna quand même. Il fallait se ressaisir Rakiel et vite. Vous n’en étiez qu’à la moitié du match et Amrish avait pratiquement gagné tous les jeux.

Bon, toi, t’avais au moins remplit le minimum nécessaire pour garder ta fierté de compétitrice intacte : un jeu de gagner pour une novice, c’était pas mal pour toi ! Mais si tu pouvais remonter, tu n'allais pas t’en priver.

Buvant un peu d’eau, tu regardas le ciel avant de pointer ta raquette vers lui.


“Allez mon sucre d’orge, je vais plus me retenir pour le second set.” Déclaras-tu fièrement, “prépare-toi à suer encore plus que maintenant ! Les choses sérieuses commencent !”


Tu lui offris un sourire carnassier avant de marcher vers ton terrain. Le premier set t’avait déjà bien épuisé, mais tu étais pleine de ressources. Oh nul doute que le lendemain, tu serais courbaturé de partout, mais le match contre Amrish était une tentation beaucoup trop forte pour que tu te ménages ne serait-ce qu’un tout petit peu.


“Prêt mon époux d’amour chéri que j’aime ?” Chambras-tu, “Viens pas pleurer à la fin parce que je t’aurais mis la misère d’accord ?”


Tu finis ta petite pique par un clin d’œil suivi d’un baiser au loin. Ouai, il fallait mettre toutes les chances de ton côté. De plus que la fatigue cumulée avec ton envie de gagner te faisait oublier absolument toutes tes barrières.

Tu doutais de pouvoir remporter le set, mais t’avais un objectif bien clair cependant : gagner un deuxième jeu.

Mimant les précédents services d’Amrish, tu fis rebondir la balle au sol avant de frapper la balle.
Rakiel Ramanov
Si t'es sage, t'auras un badge
Saboteur de Noël
A participé à la chasse de boules de Noël 2022
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Si t'es sage, t'auras un badge
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum